Apple vient de recevoir un brevet initialement déposé en mars 2018 permettant de mesurer de manière non-invasive le taux d’hydratation du porteur de la montre.

En plus d’un moniteur de fréquence cardiaque, d’un moniteur ECG, d’un moniteur d’oxygène sanguin, nous pourrions retrouver des capteurs permettant d’analyser le taux d’hydratation. Cette nouvelle fonction viendrait compléter l’offre déjà conséquente en matière de santé présente actuellement sur la montre connectée.

La technologie utilisée pour mesurer ce taux d’hydratation reposerait sur des capteurs présents au niveau du bracelet ainsi qu’au niveau du boîtier même. Ces derniers permettraient de mesurer une ou plusieurs propriétés électriques de la transpiration. Par exemple, un niveau élevé de conductance électrique de la transpiration peut indiquer une forte concentration d’électrolytes et un faible niveau d’hydratation. À l’inverse, un faible niveau de conductance électrique de la transpiration peut indiquer une faible concentration d’électrolytes et un niveau élevé d’hydratation. Cette technologie trouverait tout son sens pour les sportifs et les personnes âgées.

Modèle tiré du brevet

“L’hydratation peut altérer les performances et est associée à plusieurs conséquences nocives sur la santé, notamment les coups de chaleur. La surconsommation d’eau peut entraîner une hyponatrémie, de la fatigue, de la confusion, un coma et même la mort“, rappelle Cupertino.

Avec ces informations, la montre pourrait proposer des données fiables sur l’hydratation de l’utilisateur accompagné de conseils. L’obtention de ce brevet par Apple ne signifie pas que cette fonctionnalité sera disponible pour le grand public.