Le réseau social cherche des solutions pour réduire l’impact de la fonction anti-tracking sur ses affaires. 

Avec iOS 14.5, Apple a introduit une fonctionnalité qui renforce le respect de la vie privée des utilisateurs : l’anti-tracking. Cette dernière permet aux utilisateurs de limiter la quantité de données récupérées à leur sujet par les annonceurs. Lorsque l’option est activée, les publicités auxquelles ils sont exposés ne sont plus autant ciblées. Une bonne chose pour les consommateurs, mais pas pour les annonceurs et entreprises dont le modèle économique repose sur la vente de données récoltées sur des utilisateurs.

C’est notamment le cas de Facebook qui s’était d’ailleurs mobilisé pour empêcher l’introduction de cette fonctionnalité. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le réseau social avait raison de s’inquiéter. Selon le dernier rapport de la société d’analyse Branch – consulté par Bloomberg -, 75% des utilisateurs iOS auraient désactivé le suivi publicitaire, coupant ainsi l’herbe sous le pied à Facebook.

Un choix de la majorité particulièrement mal vécu par Facebook puisque l’entreprise de Mark Zuckerberg ne peut plus fournir certaines informations clés à ses annonceurs, dont le taux de réussite de leur publicité. Les marques qui ont publié des campagnes publicitaires sur Facebook ne sont en effet plus capables de savoir dans quelle mesure ces dernières ont fonctionné et poussé des clients à l’achat. Le réseau social se retrouve donc sans statistiques pour vendre de l’espace publicitaire aux annonceurs ce qui n’est évidemment pas une bonne chose pour lui.

L’entreprise de Mark Zuckerberg chercherait des solutions pour contrer cela et remonter la pente. Facebook travaillerait déjà sur “de nouvelles fonctionnalités publicitaires qui nécessitent moins de données pour mesurer le succès d’une publicité”.

La politique d’Apple nuit à la capacité des entreprises à utiliser leurs budgets publicitaires de manière efficace et efficiente, et les limitations créées sont dues aux restrictions d’Apple à leur propre avantage“, a déclaré un porte-parole de Facebook. “Nous pensons que les publicités personnalisées et la confidentialité des utilisateurs peuvent coexister.