Apple joue encore une fois la carte de la transparence. 

En novembre dernier, la firme de Cupertino a annoncé la mise en place d’une nouvelle politique au sein de l’App Store à compter du 8 décembre. L’ensemble des applications disponibles sur la plateforme devront montrer patte blanche et indiquer quels types d’informations elles récoltent sur leurs utilisateurs. Une manière pour l’entreprise américaine de forcer les développeurs à être plus transparents.

Alors que les « étiquettes nutritionnelles » font leur entrée sur l’App Store, WhatsApp n’a pas manqué de critiquer la nouvelle politique d’Apple, indiquant que la firme de Cupertino abusait de sa position dominante pour ne pas en faire de même et ne pas dévoiler les données qu’elle récoltait sur ses utilisateurs, suggérant ainsi que seules les applications tierces collectaient des données sur leurs utilisateurs. Une accusation à laquelle Apple n’a pas manqué de réagir, assurant que ses applications maison étaient elles aussi soumises à cette politique de confidentialité.

Les applications d’Apple proposées en téléchargement sur l’App Store présenteront donc la même étiquette nutritionnelle de confidentialité que les autres apps de la plateforme. Pour les autres, celles qui sont préinstallées sur l’iPhone ou l’iPad, Apple indique que les informations concernant leur confidentialité seront mises à disposition des utilisateurs sur son site Internet.

Depuis le 8 décembre, les nouvelles applications et mises à jour d’apps disponibles sur l’App Store doivent donc afficher une étiquette nutritionnelle de confidentialité. Celle-ci doit indiquer clairement les données qu’elles récoltent concernant leurs utilisateurs ; informations personnelles, localisation, données de santé, de paiement, de contact, etc.

Quant à savoir quand ces onglets de confidentialité feront véritablement leur apparition sur l’App Store, difficile à dire. Dans tous les cas, le fait qu’Apple joue le jeu joue en sa faveur et démontre une fois encore son attachement pour la confidentialité de ses utilisateurs.