En 10 ans, pas une seule fois Apple ne s’était autorisé à baisser le prix de vente de ses iPhone. La baisse de tarif annoncée en Chine représente donc un événement sans précédent pour la firme de Cupertino.

Jeudi, Apple a diminué le prix de ses iPhone d’environ 50€ en Chine. Une première dans l’histoire du groupe, qui n’avait pas baissé le prix de ses terminaux depuis la sortie du tout premier iPhone… en 2007.

A l’époque, le géant informatique s’était permis une baisse de prix de 200$ aux Etats-Unis, deux mois seulement après la sortie de l’appareil. Une baisse de prix à l’époque qui avait causé la colère des premiers acheteurs et poussé Apple à leur offrir 100$ de crédit d’achat dans ses boutiques.

Steve Jobs avait agressivement défendu la baisse de prix à l’époque, arguant qu’il s’agissait d’une pratique courante dans le domaine des nouvelles technologies et d’un incitant nécessaire pour pousser le consommateur à faire l’acquisition d’un nouveau produit innovant. La suite? On la connait, un succès fulgurant qui poussera Apple à faire grimper progressivement les prix à chaque nouveau lancement.

La baisse de prix d’une cinquantaine d’euros annoncée en Chine n’a donc rien de comparable à la baisse de prix de l’iPhone de toute première génération, qui représentait une mesure marketing “nécessaire” pour populariser un nouveau produit. Elle crée de facto un précédent dangereux pour la stratégie d’Apple. Car désormais, la pomme n’a plus son aura céleste. Elle est elle aussi vulnérable aux consommateurs et doit à ce titre mettre à jour ses prix pour écouler ses stocks, quitte à perdre en rentabilité. Un changement de stratégie qui pourrait considérablement impacter l’image de marque de l’entreprise dans les années à venir…