La marque à la pomme pourrait être contrainte de baisser son taux de commission.

Depuis quelques semaines, les critiques se font de plus en plus entendre du côté des développeurs et des éditeurs, qui se plaignent de la taxe prélevée par Apple via sa boutique d’app. Les différents acteurs des applications mobiles estiment que le système mis en place par Apple est beaucoup trop cher, mais également trop restrictif, les conditions générales d’utilisations et les politiques de retrait sont également dénoncées.

De grandes entreprises se sont depuis jointes à cette vague de critique, Netflix, Epic Games et Valve ont en effet fait savoir qu’elles voulaient prendre de la distance. Si ces critiques ne sont pas vraiment nouvelles, l’ampleur de celles-ci pourrait amener des conséquences pour Apple. À noter que Google se retrouve dans la même situation : le Play Store prélève également 30% du prix des applications payantes.

Devant ces critiques, les organes de régulations pourraient intervenir et forcer Apple à diminuer sa « taxe », un manque à gagner qui s’avèrerait conséquent. Selon Ben Schachte, analyste : « Apple pourrait perdre jusqu’à 16 milliards de dollars de ses bénéfices ajustés s’il est contraint de réduire ses taux de commission sur l’App Store ». Si la firme devait baisser son taux de commission de 15%, ses recettes seraient réduites de 21% d’ici 2020.

Une situation similaire avait récemment fait parler d’elle sur le Play Store, quand le studio Epic Games a décidé de ne pas passer par la plateforme pour proposer son application Fortnite Android, on calculait un manque à gagner de plus de 50 millions de dollars pour Google, en se basant sur les revenus engrangés par le jeu sur iOS.