Les 5 meilleures décisions de Tim Cook chez Apple

En 10 ans, Tim Cook aura pris de nombreuses décisions qui ont été bénéfiques à Apple.

Cette semaine, Tim Cook célébrait ses 10 ans à la tête d’Apple. Une décennie marquée par l’arrivée de nouveaux produits sur le marché, mais également l’hégémonie d’Apple dans le monde de la tech. En dix ans, l’homme fort de Cupertino est parvenu à faire de son entreprise la plus riche du monde, et ce, grâce à des décisions et choix que d’autres n’auraient probablement pas osé faire. Retour sur les 5 meilleures décisions prises par Tim Cook chez Apple.

Privilégier les grands écrans

On le sait, Steve Jobs était très à cheval sur les petits écrans d’iPhone utilisables avec le doigt. Il envisageait même de sortir un “iPhone nano“, inspiré du célèbre iPod du même nom. Alors, le simple fait d’évoquer, lors d’une interview ou autre, un iPhone avec un écran plus imposant suffisait à agacer l’ex-PDG d’Apple.

Crédit photo : AFP.

Pour Tim Cook, les gens souhaitent utiliser un smartphone au grand écran, mais qui rentre toujours dans la poche. Logique, quand on sait que les gens regardent désormais des séries et films sur leur smartphone. Ainsi, dès 2014, soit trois ans après sa prise de fonction à la tête d’Apple, Tim Cook propose un iPhone 6 Plus. Un écran 0,8 pouce plus grand que le modèle standard, mais qui possède également une autonomie légèrement supérieure. 

Si, au départ, les iPhone dits “Plus” ne provoquent que des critiques en raison de leur manque de praticité et de confort en main, les modèles qui suivirent connaîtront un succès bien plus marqué. Depuis lors, plus aucun iPhone sorti, si ce n’est l’iPhone X, n’a pas été décliné dans une version Plus ou Max, plus grande.

Sa lutte en faveur de la vie privée

Un autre aspect qui tranche fortement la présidence de Tim Cook avec celle de Steve Jobs est sans conteste sa tendance à œuvrer en faveur de la vie privée des utilisateurs. Autrefois très critiquée pour les écoutes de Siri, Apple semble avoir retenu la leçon et a désormais fait de la confidentialité son cheval de bataille.

Crédit photo : EPA.

La firme de Cupertino s’est notamment fait remarquer pour sa lutte contre Facebook ou Google, qui font de la collecte des données des utilisateurs leur business model.

Une des dernières bonnes idées en la matière aura sans conteste été l’apparition de l’App Tracking Transparency avec iOS 14.4. Une “fonctionnalité” qui permet de contrôler le suivi publicitaire des applications. La carte d’identité des applications sur l’App Store est elle aussi remarquée, et indique à l’utilisateur toutes les données que l’application recueille sur lui et ce qu’il compte en faire.

La multiplication des services

Jamais, en 45 ans d’histoire, Apple n’aura autant proposé des nouveaux services que sous l’ère Cook. Pour tenter de contrer le ralentissement des ventes d’iPhone et leur donner un bon petit coup de boost, le PDG d’Apple a proposé une multitude de nouveaux services en dix ans : Apple Music, Apple TV+, Apple Arcade, Apple Card, Apple Fitness+, Apple News… Autant de services qui répondent à des besoins quotidiens des utilisateurs.

Certes, tous les services mentionnés ci-dessus n’ont pas réussi à décoller et à plaire aux utilisateurs. On mentionnera notamment Apple TV+ qui, après 2 ans d’existence, ne compte que 3% de part de marché pour les services de SVOD.

D’autres services ont toutefois très vite rencontré un grand succès et acquis une base d’utilisateurs forte. Apple Music est, par exemple, le second plus grand service de streaming musical derrière Spotify, avec 21% de part de marché. Apple Arcade est quant à lui en pleine expansion, et de nombreux cabinets s’accordent pour dire que d’ici quelques années, il devrait générer à lui seul 4,5 milliards de dollars pour Apple.

Selon une récente étude, Apple Music et consorts rapporteraient chaque année à Apple près de 75 milliards de dollars de revenus, soit 20% du chiffre d’affaires total de la Pomme.

Diversifier les produits

Outre les services, Tim Cook a eu la bonne idée de démultiplier le nombre d’appareils proposés par Apple. L’iPhone se décline désormais en 4 modèles, et ce, afin de satisfaire une plus grande gamme d’utilisateurs.

En 2015, le PDG d’Apple présente la toute première Apple Watch. Une smartwatch révolutionnaire pour Cupertino, et qui se concentre presqu’exclusivement sur la santé et la forme de son utilisateur. Un pari audacieux puisque, toujours selon Apple, l’Apple Watch serait aujourd’hui la montre connectée la plus vendue au monde, bien loin devant les Galaxy Watch et autres Huawei Watch.

Mais ce n’est pas tout, puisque Tim Cook s’est même permis le luxe de modifier à de nombreuses reprises le design mythique de l’iPhone. D’abord avec l’iPhone 6, puis ensuite avec l’iPhone X et son écran borderless et OLED. Ici aussi, ces choix ont permis à l’iPhone de voir ses ventes décoller et battre des records année après année. 

Enfin, en adéquation avec le lancement d’Apple Music en 2015, Tim Cook présente la même année le premier modèle d’AirPods. Des écouteurs true wireless devenus à eux seuls un phénomène de mode. Une arrivée sur le marché de la musique, permise notamment par l’acquisition de l’entreprise Beats pour la somme de 3 milliards de dollars. Les AirPods Max, le premier casque d’Apple suivront quelques années plus tard.

La mise en avant de ses collaborateurs

Consciemment ou pas, Steve Jobs attirait automatiquement l’attention des regards à chacun de ses sorties ou de ses keynotes. Ses longues interventions lors de celles-ci ont contribué à faire de lui une icône dans l’écosystème d’Apple, mais également à mettre au second plan ses collaborateurs. De son côté, Tim Cook a fait le pari fort de mettre ses collègues en avant, quitte à leur laisser un temps de parole bien plus conséquent qu’à lui-même.

Craig Federighi, SVP du software et second homme fort d’Apple. Crédit photo : AFP.

Au fil de ces dix années, de nombreuses têtes pensantes d’Apple sont ainsi devenues aussi célèbres que le PDG lui-même. Lisa Jackson, vice-présidente de l’environnement, Phil Schiller, responsable de l’App Store et des événements, ou encore Craig Federighi, senior vice-président des logiciels, sont autant de visages désormais connus qui apparaissent à quasiment toutes les keynotes d’Apple. Il se murmure même que Craig Federighi pourrait devenir le successeur de Tim Cook, lorsque celui-ci quittera les commandes du navire Apple…