Apple poursuit l’entreprise du logiciel espion Pegasus

Apple a exigé que la société israélienne NSO Group ne puisse plus utiliser ou vendre ses logiciels.

En juillet, une enquête a révélé que le logiciel espion Pegasus, développé par la firme israélienne NSO Group, était utilisé par des gouvernements autoritaires pour surveiller des opposants politiques, des journalistes et des militants. Une fois qu’il gagne l’accès à un appareil, le logiciel Pegasus est capable de récupérer les données qui y sont stockées et de surveiller l’activité du propriétaire du téléphone.

La pression internationale contre la société israélienne n’a cessé de croître et c’est désormais au tour d’Apple de prendre les armes en poursuivant la société, en annonçant mardi qu’elle déposait une plainte contre NSO Group. L’une des principales exigences d’Apple est que le groupe ne pourra plus jamais utiliser les logiciels ou les produits Apple. Elle entend ainsi s’attaquer directement au cœur du travail de l’entreprise.

« Sur le marché de l’électronique grand public, les appareils d’Apple sont les plus sûrs, mais les entreprises qui développent des logiciels espions pour le compte d’États sont devenues encore plus dangereuses », a déclaré Craig Federighi, le vice-président d’Apple chargé des logiciels.

Apple a donné quelques détails sur le fonctionnement de l’exploit utilisé par NSO Group. Selon Apple, c’est l’exploit « Forcedentry » qui a permis au logiciel espion Pegasus d’entrer dans les appareils des utilisateurs Apple grâce à de faux identifiants Apple. Ces derniers envoyaient des données malveillantes aux appareils des victimes afin d’installer le logiciel espion, sans que ces dernières ne s’en aperçoivent. La firme de Cupertino a indiqué que la faille avait été comblée en septembre. Apple a également affirmé qu’il n’était pas possible de réaliser ces opérations de piratage contre les iPhone équipés d’iOS 15.

Pas la première plainte

Ce n’est pas la première fois qu’une grande entreprise prend des mesures contre NSO Group. En 2019, Facebook avait découvert que la société exploitait une vulnérabilité dans les appels vocaux sur WhatsApp. Les utilisateurs du service de messagerie avaient eux aussi été infectés par le logiciel espion Pegasus. Facebook avait alors intenté une action en justice contre la société israélienne. La procédure est toujours en cours. Enfin en novembre, Washington a ajouté la société à sa liste des entreprises interdites.

La société israélienne a répondu à cette plainte d’Apple en affirmant que grâce à l’utilisation de ses outils d’espionnage pour lutter contre les réseaux terroristes ou pédophiles à travers le monde, des milliers de vies ont été sauvées. D’après un porte-parole de l’entreprise, NSO Group dispose d’une charte éthique « rigoureuse et basée sur les valeurs américaines ».