Crédit photo : AFP

#AppleToo : des ex-employées d’Apple dénoncent du harcèlement

Sur base du mouvement #MeToo, des (ex-)employés d’Apple ont décidé de prendre la parole pour dénoncer certains cas de discriminations et de harcèlement au sein de l’entreprise qui préserve toujours une grande part de mystère sur son fonctionnement interne.

Le mouvement #MeToo a explosé en 2017 sur les réseaux sociaux suite à l’affaire Harvey Weinstein et a permis à bon nombre de femmes de dénoncer les agressions sexuelles dont elles avaient été victimes.

C’est sur ce modèle que certaines (ex-)employées d’Apple ont décidé de créer un site et un hashtag – #AppleToo – afin de partager leurs expériences pas toujours très reluisantes chez Apple. Le groupe a longtemps préservé une image lisse, gardant le secret sur la vie au cœur de l’entreprise et mettant en avant son ouverture d’esprit et son inclusivité. Pourtant, une version bien différente se jouerait en interne. Plusieurs faits de discriminations et de harcèlement auraient été relayés sans prise de décision réelle de la part de la direction. C’est la raison pour laquelle quelques salariés ont décidé de prendre les choses en main et d’exposer les défaillances du groupe aux yeux de tous sur ce site internet, qui fait déjà beaucoup parler de lui.

Les premières phrases que l’on peut y lire ne laissent planer aucun doute sur l’objectif de celui-ci : « Pendant trop longtemps, Apple a échappé à l’avis public. La vérité est que pour de nombreux travailleurs d’Apple, la culture du secret crée une forteresse opaque et intimidante. Lorsque nous demandons des comptes et des réparations pour les injustices persistantes dont nous sommes témoins ou victimes sur notre lieu de travail, nous sommes confrontés à un modèle d’isolement et de dégradation. C’est terminé. Nous avons épuisé toutes les voies internes. Nous avons parlé avec nos dirigeants. Nous sommes allés voir l’équipe du personnel. Nous avons fait appel à l’équipe de conduite des affaires. Rien n’a changé. Il est temps de penser différemment ».

Dans les colonnes de The Verge, Timnit Gebru, qui a travaillé chez Apple jusqu’en 2018 et soutient ce mouvement, affirme : « J’ai vécu tellement de choses flagrantes lorsque j’étais chez Apple, et je me suis toujours demandé comment ils parvenaient à éviter que ça ne devienne public. Je suis heureuse de voir que les travailleurs d’Apple se mobilisent. Il est plus que temps qu’Apple soit tenu pour responsable ».

Pour l’instant, une quinzaine de salariés se sont exprimés. C’est un nombre minime par rapport aux 147 000 employés qu’Apple dénombrait à la fin de l’année 2020. Mais les initiateurs du mouvement #AppleToo sont déterminés à ce que cette libération de la parole prenne de l’ampleur et invitent tous les employés, actuels ou anciens, à s’exprimer sur des faits de discriminations ou de harcèlement dont ils auraient été victimes ou témoins.

Actuellement, la direction d’Apple n’a pas encore réagi publiquement à ce conflit interne.

Amélie Van Hecke

_
Suivez Belgium-iphone sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.