La faille de sécurité se situe au niveau matériel du processeur. Il n’est donc pas possible de la combler avec une mise à jour logicielle. 

En novembre 2020, Apple a présenté son premier processeur développé spécifiquement pour les Mac, l’Apple Silicon M1. Et s’il n’a pas fallu longtemps pour que des pirates informatiques y trouvent des failles, ces dernières furent facilement colmatées par la firme américaine puisqu’il s’agissait de vulnérabilités logicielles. Malheureusement, la chose n’est pas aussi aisée lorsque la faille est dite « matérielle », lorsque la faille se situe au niveau des composants d’un appareil.  Or, il semblerait justement que la puce M1 présente ce type de défaut.

Le développeur Hector Martin a en effet découvert une faille de type matériel au sein du processeur M1. En raison de sa situation, elle ne pourra pas être comblée via une mise à jour logicielle. La seule solution pour Apple est de rappeler l’ensemble des Mac équipés d’une puce Apple Silicon M1 et de la remplacer ou d’échanger les ordinateurs. Deux solutions impensables pour Apple. Cela lui couterait en effet énormément d’argent et cela lui donnerait également une mauvaise image.

La faille en question permet aux applications d’échanger secrètement des données entre elles. Ni l’utilisateur ni le système d’exploitation ne serait en mesure de s’en rendre compte. La bonne nouvelle, c’est qu’à l’heure actuelle ce défaut de sécurité ne représente pas de danger pour les utilisateurs. Selon le développeur, la faille ne fait en effet pas l’objet d’une exploitation active.

Les révélations du développeur devraient permettre à Apple de corriger le tir sur les nouveaux Mac équipés d’une puce M1. La firme de Cupertino devrait également faire en sorte de combler la faille sur les prochaines versions de son processeur maison.