Le 20 avril 2021, Apple a levé le voile sur ses tant attendus AirTags lors d’une keynote. De nombreux points ont été évoqués, même s’il restait quelques parts d’ombre que nous éclairons avec vous.

La recherche de précision ne fonctionne qu’avec certains iPhone

Apple l’a maintes fois répété : un AirTag sert à repérer avec une précision infinitésimale des clés ou un portefeuille auquel il est attaché. Pour ce faire, Apple profite de la nouvelle puce U1 introduite dans ses appareils depuis 2019. Il s’agit d’une puce à courte portée, bien plus efficace que le Bluetooth et le Wi-Fi, capable de mesurer avec une grande précision les distances, ce dont est incapable de faire le Bluetooth. Sur les iPhone, elle sert principalement à améliorer les capacités d’AirDrop, mais aussi pour interagir avec des objets connectés, comme l’AirTag.

Cette puce très élaborée n’est donc disponible sur les iPhone qu’à partir des iPhone 11 et 11 Pro. Si vous possédez un iPhone plus ancien, celui-ci en est dépourvu. Le problème, c’est que la fonction de recherche de précision des AirTags se sert justement de cette puce U1, également présente dans le AirTag, pour fournir une localisation extrêmement précise.

Crédit photo : Apple.

Ainsi, si vous possédez un iPhone X ou antérieur, vous devrez vous passer de la fonction de recherche de précision. Certes, les AirTags fonctionnent très bien en l’état, mais ce n’est pas tirer pleinement profit de leurs capacités si vous n’avez pas la puce U1 dans votre iPhone.

Vous ne pourrez pas suivre vos enfants avec ou espionner quelqu’un

Lorsque les AirTags furent annoncés, nombreux ont été les clients à espérer en acquérir afin de les mettre dans le sac à dos de leur enfant. D’autres, plus malintentionnés, espéraient peut-être insérer un AirTag dans la poche d’une personne ou dans son sac afin de la suivre à la trace. Il n’en sera pourtant rien, puis qu’Apple garantit la vie privée de tout un chacun en empêchant qu’on puisse tracer telle ou telle personne.

Si vous souhaitez ainsi placer un AirTag dans le sac à dos de votre enfant ou l’accrocher à la laisse de votre chat, le AirTag réagira comme s’il était perdu puisqu’il ne sera plus à proximité. Il se mettra alors à émettre son son si caractéristique et désagréable s’il se répète infiniment.

Dans le cas contraire, vous ne pourrez introduire votre AirTag dans la poche d’un.e inconnu.e pour savoir où il habite, puisque dans tous les cas celui-ci se rendra compte de sa présence. Si cet.tte inconnu.e a un iPhone, le AirTag lui enverra une notification pour lui indiquer qu’un AirTag est à proximité. Dans le cas où cette personne ne possède pas de smartphone ou qu’elle a un Android, le AirTag se mettra constamment à sonner et la personne, dans le cas où elle a un smartphone, pourra scanner sa puce NFC pour en connaître le propriétaire.

Des accessoires au même prix qu’un AirTag voire … plus chers

On connaît la propension d’Apple à appliquer des tarifs relativement élevés sur ses appareils. Le prix du AirTag est étonnement une bonne surprise et est dans la même gamme de prix que des Tile Pro, leaders du marché. En vendant 35€ le AirTag à l’unité, Apple surprend même en proposant une ristourne de 21€ si vous optez le pack de 4 AirTags.

Néanmoins, chassez le naturel et il revient au galop. Malgré des prix plutôt raisonnables sur ses AirTags, Apple s’est laissé rattraper par ses démons en proposant des prix mirobolants sur les accessoires de son traqueur connecté. Il n’existe ainsi aucun accessoire made in Apple qui ne soit pas moins cher qu’un AirTag, le plus cher coûtant 45€ et étant en cuir. Il existe toutefois les accessoires Belkin, bien moins chers, mais de moins bonne facture, avec un plastique peu flatteur.

Si vous pensiez que ces accessoires étaient la seule folie d’Apple liée à ses AirTags, détrompez-vous. Comme pour son Apple Watch, la firme de Cupertino a fait un partenariat avec la marque de luxe Hermès afin de concevoir des accessoires pour ses AirTags. Il faudra alors débourser la modique somme de 349€ pour un AirTag et son porte-clés en cuir estampillé Hermès. Pire, l’addition monte à 449€ si vous souhaitez acquérir l’accessoire pour bagage et son AirTag …

Ils fonctionneront difficilement si vous habitez à la campagne

Apple en a longuement parlé lors de sa conférence de presse : les AirTags se servent des iPhone en circulation pour créer un “réseau” en pair-to-pair. En effet, les centaines de millions d’iPhone, iPad et Mac tissent une sorte de toile réseau grâce au Bluetooth pour repérer les AirTags perdus ou éloignés de leur propriétaire.

Cependant, ce qu’Apple a omis de dire, c’est que son AirTag fonctionnera le mieux là où un plus grand nombre de produits portables Apple seront en circulation. Évidemment, c’est dans les zones urbaines, comme la ville, que l’on a plus de chances de croiser des centaines d’iPhone, iPad ou Mac en circulation. Si vous avez perdu votre AirTag à la campagne, il y a moins de chances pour que celui-ci croise un grand nombre d’iPhone, ce qui aurait pour conséquence une “perte” de signal de l’appareil. Le AirTag est, par conséquent, un objet destiné aux citadins plutôt qu’aux campagnards.

Ils se rayent bien trop facilement

Si Apple a souvent démontré qu’il était capable de concevoir des designs de grande qualité pour ses produits, nombreuses ont été les fois où la marque a été épinglée pour des problèmes de qualité de matériaux. On se rappellera notamment des iPhone 6 et 6 Plus qui se pliaient une fois introduits dans une poche, ou des faces arrière en verre d’iPhone X qui se brisaient trop facilement.

Cette fois, il semblerait qu’Apple ait une fois de plus privilégié le design de son produit au détriment de la durabilité des matériaux. Avant même que les AirTags ne soient disponibles pour le grand public, nombreux étaient les journalistes à se plaindre d’un manque de résistance des deux faces du AirTag face aux rayures.

Qu’à cela ne tienne, Apple n’a pas réagi, mais recommande toutefois sur son site d’acheter une protection supplémentaire pour prévenir la moindre rayure. Il n’empêche que cela vient indéniablement augmenter l’addition …