L’assistant personnel de la Pomme ne ferait pas exception concernant l’écoute accidentelle de ses utilisateurs.

Il a déjà été révélé qu’Alexa et Google Assistant, les assistants personnels d’Amazon et de Google, avaient tendance à écouter les conversations de leurs utilisateurs sans que ceux-ci ne le sachent ou n’aient fait appel à eux. Un problème que l’on constaterait également du côté de la Pomme et de son assistant personnel, Siri.

Avec l’avancée technologique de ces assistants virtuels, il n’est plus nécessaire d’appuyer sur un bouton pour les activer. Une facilité certaine qui entraîne tout de même un côté pervers. En effet, selon un rapport de The Guardian, Siri entendrait et enregistrerait des conversations auxquelles l’assistant n’était pas convié.

Normalement, pour activer l’assistant personnel de la Pomme, il faut prononcer la phrase « Dis Siri ». Or, il arrive que d’autres combinaisons de mots ressemblent fortement à ces deux-ci ce qui entraînerait le réveil de Siri. C’est également la justification avancée dans le cas de Google Assistant.

Les informations de The Guardian ne s’arrêtent pas là. Selon le journal américain, Apple conserverait certains enregistrements et les enverrait à des sous-traitants pour les analyser. Parmi ces enregistrements, on retrouve notamment des conversations captées par accident ce qui, évidemment, peut être très dérangeant.

Il n’a pas fallu attendre longtemps avant qu’Apple réagisse aux révélations de The Guardian. La firme californienne a ainsi indiqué qu’« une petite partie des demandes de Siri est analysée pour améliorer Siri et la dictée. Les demandes d’utilisateurs ne sont pas associées à l’ID Apple. Les réponses Siri sont analysées dans des installations sécurisées et tous les réviseurs sont tenus de respecter les strictes exigences de confidentialité d’Apple ».

Une déclaration qui se veut évidemment rassurante, mais qui n’empêche pas le fait que certains contenus d’enregistrements captés par mégarde soient très sensibles et de l’ordre de l’intimité.

L’un des sous-traitants de la Pomme a d’ailleurs déclaré au journal américain « il y a eu de nombreux cas d’enregistrements contenant des discussions privées entre médecins et patients, des accords commerciaux, des relations apparemment criminelles, des relations sexuelles, etc. Ces enregistrements sont accompagnés de données utilisateur indiquant l’emplacement, les coordonnées et les données d’application ».

Des déclarations alarmantes qui contrebalancent avec l’image de la Pomme très attachée à la protection de la vie privée de ses utilisateurs.