Apple poursuivi pour avoir collecté des données depuis l’App Store

Si la Pomme veut faire bonne figure quant à son respect de la vie privée des utilisateurs, il semblerait qu’elle ne soit pas aussi clean qu’elle ne le prétend.

Il ne se passe pas plusieurs semaines sans qu’Apple soit dans le collimateur de la justice. Siri, violations de brevets ou encore abus de position dominante, nombreux sont les faits pour lesquels anonymes et institutions publiques traînent Apple devant les tribunaux. Le dernier en date concerne l’App Store. La célèbre boutique en ligne d’applications d’Apple ne serait pas aussi pure que Tim Cook le prétend, et c’est pourquoi Elliot Libman a décidé de porter plainte auprès de la justice californienne, nous apprend Apple Insider, et ce, afin d’obtenir “la restitution et toutes les autres formes de réparation monétaire équitable”.

Depuis de nombreuses années, Apple met en avant toute sorte de fonctionnalités de l’App Store destinées à limiter les données collectées à l’insu des utilisateurs. On pense notamment à cette fameuse “étiquette nutritionnelle” de la vie privée mise en place avec iOS 14, destinée à informer l’utilisateur sur les données que récolte telle ou telle application.

Selon Elliot Libman, Apple violerait délibérément la vie privée des utilisateurs et monétiserait ces données sans leur permission. Il estime que, puisqu’Apple a une certaine connaissance de ce que l’utilisateur consulte sur l’App Store, l’entreprise violerait le droit à la vie privée.

Deux paramètres d’iOS mis en cause

Tout part d’un rapport sur la collecte de données dans l’App Store paru début novembre. Celle-ci pointerait le fait qu’Apple “enregistrerait, suivrait, collecterait et monétiserait les données analytiques – en ce compris l’historique de navigation et les informations d’activité […]”. Les paramètres “Autoriser les demandes de suivi des apps” et “Partager l’analyse” sont ainsi pointées du doigt dans la poursuite judiciaire.

“Les pratiques d’Apple portent atteinte à la vie privée des consommateurs, les trompent intentionnellement, donnent à Apple et à ses employés le pouvoir d’apprendre des détails intimes sur la vie des personnes, leurs intérêts et l’utilisation des applications […]”, détaille la plainte. “Grâce à son activité omniprésente et illégale de suivi et de collecte de données, Apple connaît même les aspects les plus intimes et potentiellement embarrassants de l’utilisation des applications par les utilisateurs, que ces derniers acceptent ou non l’offre illusoire d’Apple de préserver la confidentialité de ces activités.”

“Apple revend vos données à des fins publicitaires !”

Ce que le plaignant reproche également à Apple, c’est de monétiser les données privées de ses clients. Ces données ont une valeur monétaire et seraient, selon l’étude, vendues par Apple et recueillies par des piratages et des vols de données. Sur ce point, Apple s’est largement défendue en disant qu’elle ne vendait pas les données et que sa plateforme publicitaire ne reliait pas les données des utilisateurs à des données collectées auprès de tiers pour la publicitée ciblée.

Elliot Libman ne doit pas vraiment s’attendre à ce que sa plainte aboutisse, les données collectées par Apple et citées par le plaignant étant probablement collectées côté serveur. Dans ce cas, les deux paramètres cités ci-dessus n’entrent pas en ligne de compte puisqu’ils ne concernent que les données stockées en local.

Ce que peut en revanche espérer Elliot Libman, c’est que cette attaque en justice mène à un recours collectif et permette de dissiper le brouillard créé par Apple autour de ces paramètres.

_
Suivez Belgium-iphone sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.