5 choses que vous ignoriez sur la jeunesse de Steve Jobs

Dans sa jeunesse, le cofondateur d’Apple, Steve Jobs, a vécu plusieurs expériences particulières. De la drogue à l’informatique en passant par ses études, nous vous révélons tous les secrets sur la jeunesse mouvementée de l’un des plus grands innovateurs de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle.

Il consommait régulièrement du LSD

Il ne s’en est jamais caché, et s’est même vanté que c’est ce qui a pu lui permettre d’avoir l’esprit aussi créatif. LSD, acide, amphétamine, les mots ne manquent pas pour décrire cette drogue psychotrope qu’il chérissait tant. Il faisait partie de la génération hippie et de la contre-culture américaine, fan de Bob Dylan et des Beatles. Le LSD lui aurait ouvert l’esprit, et en consommer aurait été, selon ses dires, “l’une des meilleurs choses qu’il aurait faite dans sa vie”.

Bien évidemment, il est important de rappeler à quel point le LSD peut être dangereux et que sa consommation est illégale en Belgique. À l’époque des années 60, la consommation de LSD était très répandue chez les jeunes. De nombreux informaticiens en auraient alors abusé à l’époque sauf … Bill Gates, que Steve trouvait trop coincé et à l’esprit bien trop fermé. “Bill Gates aurait l’esprit bien plus ouvert si, plus jeune, il avait essayé l’acide une fois ou s’il s’était rendu dans un ashram (NDLR, lieu isolé de pèlerinage en Inde). »

Au total, Steve Jobs aurait consommé du LSD de 1972 à 1974 en ajoutant la substance à un carré de sucre.

“Le LSD vous montre qu’il y a un autre côté, et vous ne pouvez pas vous en souvenir quand elle se dissipe, mais vous le savez. Cela a renforcé mon sens de ce qui était important — créer de grandes choses au lieu de faire de l’argent, remettre les choses dans le courant de l’histoire et de la conscience humaine autant que je le pouvais.”

Il a travaillé comme étudiant chez HP

Depuis tout jeune, Steve Jobs a toujours été un passionné d’informatique. Alors qu’il étudie à la Homestead High School de Cupertino, le jeune Steve, alors âgé de 13 ans, doit fabriquer un fréquencemètre dans le cadre d’un projet scolaire. Seulement voilà, il lui manque quelques pièces. Lui vient alors l’idée de contacter William Hewlett, président et cofondateur d’Hewlett-Packard (HP) dont il a intégré quelques années plus tôt les Explorateurs (un groupe de jeunes passionnés d’informatique visitant les locaux de l’entreprise tous les mardis soirs).

Au total, le jeune homme et le président de HP restent une vingtaine de minutes, Steve partageant sa passion pour l’informatique avec William Hewlett. Visiblement très convaincant, Steve Jobs recevra par courrier postal les composants qui lui manquaient. Mieux encore, il obtiendra un travail d’été chez HP dans l’une des chaînes d’assemblage. Un travail qui sera déterminant dans la carrière de Jobs, puisque c’est à cette époque qu’il rencontrera son acolyte Steve Wozniak.

Il est parti en pèlerinage 7 mois en Inde

Comme indiqué plus haut, Steve Jobs aimait partir dans des voyages psychédéliques avec le LSD. À 19 ans, il décide de pousser le trip un peu plus loin en suivant les traces de son gourou, Robert Friedland, jusqu’en Inde. Au total, Steve Jobs y restera sept mois. Sept mois durant lesquels il partira en pèlerinage au pied de l’Himalaya notamment. À son retour, il avait la tête rasé et portait des vêtements spirituels hindous.

Malheureusement, son voyage en Inde et la spiritualité que Steve aura acquise suite à son pèlerinage pourraient être une des raisons de son décès. Lorsqu’il a appris qu’il était malade, en 2003, Steve commença à traiter sa maladie avec des remèdes naturels. Il espérait ainsi que sa maladie finirait par s’estomper et qu’il pourrait passer outre la chirurgie.

“Je ne voulais pas que mon corps soit ouvert, je ne voulais pas être violenté de cette façon”, déclarera-t-il plus tard à son biographe. Finalement, son entourage le convainc de se faire opérer neuf mois plus tard, mais les chirurgiens découvrirent que le cancer s’était généralisé… Walter Isaacson, son biographe, révèlera que Jobs avait regretté ne pas se laisser opérer.

Les dernières semaines de sa vie, Steve Jobs croyait davantage à la spiritualité et s’était rapproché de Dieu. Avouant croire à une vie après la mort …

Il n’a rencontré son père biologique que très tard et par hasard

Peu de temps après sa naissance, Steve Jobs est adopté par un couple de Californiens, Paul  et Clara Jobs. Ses parents adoptifs, un Syrien appelé Abdulfattah Jandal et une Américaine d’origine suisse, Joanne Carole Schieble. Malheureusement, le père de cette dernière menace de déshériter sa fille si celle-ci épouse un non-catholique. Elle cherchera alors une famille adoptive dans la région pour s’occuper de son fils.

Sans le savoir, Steve avait déjà rencontré son père dans un restaurant de cuisine méditerranéenne dans la Sillicon Valley appartenant … à Abdulfattah Jandal. Steve jobs y dînait parfois et serrait la main de celui qui n’était alors “que” le propriétaire du restaurant. Il découvrira plus tard que cet homme n’était autre que son père, mais son restaurant avait déjà fermé. Steve Jobs ne cherchera plus à revoir son père à l’avenir.

Il n’a jamais aimé l’école

Le parcours scolaire de Steve Jobs aura quelque peu été tumultueux. Déjà très jeune, alors qu’il était scolarisé à la Crittenden Middle School et qu’il connaissait quelques problèmes scolaires, il lancera un ultimatum à ses parents, les implorant de le changer d’école, sans quoi il arrêterait sa scolarité. Déménagement pour la famille à Los Altos et Steve intègrera alors deux écoles supplémentaires de Cupertino, dont la Homestead High School, qui sera l’établissement dans lequel il achèvera son cursus fondamental.

En 1972, à la fin de sa scolarité, il décide de poursuivre ses études au Reed College de Portland (Oregon), une des plus prestigieuses université d’arts libéraux du pays, mais également une des plus chères. Pour forcer ses parents à le laisser y rentrer, Steve leur imposa un dilemme. C’est à Reed, ou nul part d’autre.” Ses parent se serreront considérablement la ceinture pour qu’il y rentre. Malgré cela, Steve se rendra vite compte qu’il s’y ennuie, devant suivre plusieurs cours qui ne l’intéressent que très peu.

Le Reed College de Portland.

Il abandonne alors complètement son cursus et se met à assister à des cours en tant qu’auditeur libre, et notamment des cours de calligraphie. Cours qui, selon ses dires, lui auront été très utiles dans l’intégration de toutes ces polices aux premiers Macintosh. Après 18 mois au Reed College, Steve abandonne purement et simplement ses études et se met à travailler chez … Atari.

_
Suivez Belgium-iphone sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.