Apple Inc CEO Steve Jobs gives the keynote address on the opening day of the Apple Worldwide Developers Conference 2007 (WWDC 07) at the Moscone Center West in San Francisco, California 11 June 2007. Developers and IT professionals from around the globe come together for the Apple Worldwide Developers Conference that runs 11-15 June to connect with Apple engineers and get a firsthand look at the latest technologies. (Photo by ROBYN BECK / AFP)

5 choses que vous ignoriez sur Steve Jobs

Pour les 10 ans de la mort de Steve Jobs, la rédaction de Belgium-iPhone vous propose 5 anecdotes au sujet de Steve Jobs que vous ignoriez probablement.

Le 5 octobre 2021, cela faisait 10 ans que Steve Jobs nous avait quitté, emporté par un cancer du pancréas. L’ex-PDG d’Apple aura marqué le monde de par sa vision de la technologie et de ce qu’il a pu apporter, notamment grâce aux iPhone, iPod ou encore iMac. Il représentait à lui seul son entreprise et, une décennie plus tard, les médias continuent de parler de l’homme et de son héritage.

Personne ne voulait déjeuner en sa compagnie

On le sait, pour Steve Jobs, le travail était une des vertus les plus importantes. S’il en exigeait beaucoup de lui-même, il en attendait tout autant de ses employés. Il voulait que ses employés travaillent dur en toute circonstance, et ce, pour conserver un niveau de persévérance très haut. David Black a travaillé une douzaine d’années chez Apple comme ingénieur-conseiller principal, architecte pour le département des solutions stratégiques en Chine et responsable marketing en Asie et à Pékin. Début 2000, après avoir quitté Apple, il racontait que rares étaient les employés à vouloir déjeuner dans la même salle que le PDG lors des temps de midi.

Lorsque Steve Jobs débarquait dans la salle de déjeuner, les employés s’empressaient de terminer leur repas pour ne pas avoir à affronter les questions de leur patron. “Personne ne s’asseyait à côté de lui juste pour être prêt à partir au cas où”, indique David Black. Chez Apple, les employés apprennent à répondre à la question “Sur quoi travaillez-vous en ce moment”. Steve Jobs demandait alors bien souvent que ses employés lui montrent leur projet. “C’est la raison pour laquelle vous ne vouliez pas vous retrouver en privé avec lui, explique David. Vous deviez prouver immédiatement vos dires.”

C’était un amoureux de musique

Steve Jobs était un grand amateur de musique. Il fut d’ailleurs l’un des premiers à faire l’acquisition d’un Walkman de Sony pour écouter ses musiques préférées. Durant toute sa carrière chez Apple, Jobs a constamment tenté de mettre la musique dans ses projets. Pourtant, Apple n’a pas toujours été pionnier en matière de lecteur audio sur ses ordinateurs. Si les professionnels favorisaient le matériel Apple pour l’enregistrement, le grand public, lui, privilégiait les PC, capables de graver, créer des listes de lecture… Le Macintosh en était incapable, Apple ayant préféré miser tout sur les lecteurs DVD. Un choix que regrettera en 2005 Steve Jobs dans une interview au magazine Fortune “Je me suis senti idiot. Nous avions loupé le coche. Nous devions redoubler d’efforts pour nous rattraper.”

Cela n’empêchera pas Jobs de comprendre de ses erreurs et de voir plus loin que les autres sur certains projets, et notamment le streaming musical. L’iPod, un projet cher au cœur de Jobs, connaitra un succès aussi important que le Walkman. A la présentation du réseau social Ping d’iTunes, en 2010, Steve Jobs révéla accidentellement au public sa playlist. Les spectateurs pu alors voir que le fondateur d’Apple avait gardé ses origines hippies, avec des groupes tels que les Rolling Stones, les Beatles, les Who ou encore Cat Stevens dans sa bibliothèque musicale. Il était également fan de Miles Davis, de Glenn Gould et de Grateful Dead. Une playlist très éclectique donc.

Dans les publicités pour l’iPod, Apple signa également de juteux contrats avec quelques-uns des groupes en vogue à l’époque. Black Eyed Peas et U2 en 2004 ou encore les Daft Punk en 2005.

Il détenait des parts dans Disney

Nous ne vous apprenons probablement rien si nous vous disons que Steve Jobs a créé Pixar. Si vous n’étiez pas au courant, nous vous renvoyons vers notre article dédié à l’histoire de Pixar. Ainsi, après avoir été viré d’Apple, Steve Jobs a racheté la branche infographie de Lucasfilm pour en faire le mastodonte de l’animation qu’est Pixar. En janvier 2006, Pixar est racheté par Disney pour la bagatelle de 7,4 milliards de dollars. Un rachat qui n’est pas synonyme que de rentrée d’argent conséquente pour Jobs, mais également une entrée dans le CA de Disney.

Steve Jobs était un des producteurs de Toy Story. Capture d’écran Toy Story / Disney+.

En effet, ce rachat permet à Jobs de devenir l’actionnaire individuel majoritaire de la firme aux grandes oreilles, détenant 7% de parts. A sa mort, le PDG d’Apple possédait toujours 3,7 milliards de dollars en actions dans Disney. Toutes ont été transférées à son épouse, Laurene, qui les transfèrera dans le fonds privé Steven P. Jobs Trust. En 2011, Laurene Jobs annonce détenir 4,6 milliards de dollars en action dans Disney, soit 138 millions d’actions (7,7%) et reste, encore aujourd’hui, l’actionnaire individuel majoritaire de l’entreprise. 6 ans en plus tard, en 2017, le fonds revend la moitié de ses actions pour n’en garder “que” 64 millions, équivalant, à l’époque, à 6,7 milliards de dollars.

A contrario, Bob Iger, ex-PDG de Disney, fait quant à lui toujours partie du CA d’Apple.

Il était ami avec Bill Clinton et Al Gore

Peu de gens le savent, mais Steve Jobs était très proche du parti démocrate, et notamment du président Bill Clinton et de son vice-président, Al Gore. A la réélection de Bill Clinton, en 1996, Steve Jobs lui a envoyé un courrier pour le féliciter ainsi que pour lui recommander une liste de ministres potentiels, parmi lesquels Andy Grove, ancien patron d’Intel. Une liste que Clinton a poliment refusée, puisqu’il avait déjà choisi son cabinet.

Crédit : Clinton Presidential Library.

A de nombreuses reprises, notamment, Steve Jobs aurait été invité par Clinton à la Maison-Blanche, entre 1993 et 1997, par le président en personne. Il aurait même logé dans la prestigieuse chambre Abraham Lincoln. Le biographe de Steve Jobs, Walter Isaacson, a même indiqué que Jobs avait aidé Clinton à gérer l’affaire Monica Lewinsky. L’ancien vice-président de Bill Clinton, Al Gore, fait même partie du Conseil d’Administration d’Apple depuis 2003, puisqu’il possède 113585 actions AAPL, pour un total de 35 millions de dollars.

Jeune, il était très pauvre

Tout le monde a en tête l’image du Steve Jobs conquérant et qui faisait partie des plus grandes fortunes mondiales. Mais le “riche” homme d’affaires n’a pas été toute sa vie aussi fortuné. En effet, dans ses jeunes années, Jobs était très pauvre et a été adopté par des ouvriers, Paul et Clara Jobs.

Durant ses études, Steve participait à des cours à l’université sans même y être inscrit, puisque ni sa famille ni lui n’en avaient les moyens. Il dormait par terre dans le dortoir de ses amis, collectait des bouteilles vides de Coca-Cola pour les revendre par la suite… Très vite assimilé à la religion hindouiste, il fréquentait à de nombreuses reprises le temple de son quartier. Il y mangeait des repas offerts par les moines. La suite, on la connait …

_
Suivez Belgium-iphone sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.