L’enfant a dépensé 1289,70 £ sur l’App Store en achats intégrés. 

Aujourd’hui, les smartphones et tablettes disposent d’une multitude de protections pour éviter d’effectuer des achats in-app par mégarde. Malheureusement, si ces dernières ne sont pas activées, il est très facile d’acheter des extensions, des skins ou encore de souscrire à des abonnements, surtout si une carte de paiement est enregistrée sur l’appareil et que l’utilisateur n’a pas conscience de ce qu’il fait. Et ça, le Dr Muhammad Mutaza l’a appris à ses dépens.

Le docteur a en effet reçu une facture particulièrement salée provenant d’Apple. Le montant demandé s’élevait à 1289,70 £, soit 1504€. Au début, l’homme a d’ailleurs cru qu’il s’agissait d’une arnaque. Malheureusement pour lui, ce n’en était pas une. La facture résultait en réalité d’achats in-app réalisés par son fils au sein du jeu mobile Dragons : Rise of Berk de DreamWorks.

Muhammad Mutaza s’est alors tourné vers Apple pour éviter de payer le montant demandé et se faire rembourser les achats réalisés par sa progéniture. Malheureusement, la firme de Cupertino n’a accepté de réduire la note que de 207 £. Le père devait donc encore payer 1082,70 £, soit 1262€. Pour pouvoir rembourser sa dette, l’homme a été contraint de vendre sa voiture, une Toyota Aygo.

S’il a capitulé et payé sa facture, le paternel ne compte pas en rester là et envisage désormais d’intenter une action en justice contre Apple, car selon lui, l’entreprise américaine aurait sciemment trompé son enfant.

La mésaventure du docteur Muhammad Mutaza est loin d’être unique. De nombreux parents se retrouvent à devoir payer des sommes folles après que leur progéniture se soit laissée tenter par des achats in-app. Pour éviter que cela vous arrive, pensez à désactiver la possibilité de faire des achats intégrés. Pour cela, rendez-vous dans les Réglages de votre téléphone, « Restrictions relatives au contenu et à la confidentialité, puis « Achats dans l’iTunes et l’App Store ». Enfin, cochez l’option « Ne pas autoriser » dans le cas des « Achats intégrés ».