Un mail partagé dans le cadre du procès Apple-Epic montre qu’Apple a déjà procédé de la sorte par le passé.

Le procès opposant Apple à Epic est l’occasion d’en apprendre davantage sur ce qu’il se passe dans les coulisses de la firme de Cupertino. Un document récemment publié dans le cadre de cette bataille juridique a révélé qu’Apple avait bel et bien abusé de sa position pour mettre ses applications en avant dans les résultats de recherche de l’App Store, confirmant les accusations de 2019 du New York Times et du Wall Street Journal.

Les deux médias américains avaient en effet enquêté sur les pratiques de la firme à la pomme au sein de l’App Store et en avaient conclu que les applications d’Apple apparaissaient avant les apps similaires de ses concurrents dans les résultats de recherche. L’entreprise technologique avait réagi en démentant ces accusations. Malheureusement pour Apple, un échange entre Debankur Naskar, responsable de la recherche d’applications chez Apple, et Tim Sweeney, PDG d’Epic Games, semble prouver le contraire.

« Nous supprimons le boost manuel et les résultats de la recherche devraient être plus pertinents maintenant », a ainsi indiqué dans son mail Debankur Naskar, suggérant qu’Apple appliquait bel et bien un boost manuel pour mettre en avant ses propres applications au sein de l’App Store. L’homme répondait à une plainte de Tim Sweeney concernant l’apparition de Files, l’app d’Apple, en première position lors d’une recherche pour Dropbox. « Dropbox n’était même pas visible sur la première page [des résultats de recherche] », avait-il écrit.

Apple a réagi à ces révélations en indiquant à The Verge que Files était apparue avant Dropbox tout simplement parce que son app intégrait « dropbox » dans ses métadonnées. « Nous avons créé l’App Store pour qu’il soit un endroit sûr et fiable pour les clients qui souhaitent découvrir et télécharger des applications, et une excellente opportunité commerciale pour tous les développeurs. App Store Search n’a qu’un seul objectif : obtenir des clients ce qu’ils recherchent. Nous le faisons d’une manière équitable pour tous les développeurs et nous n’avantageons pas nos applications par rapport à celles de tout développeur ou concurrent. Aujourd’hui, les développeurs disposent de nombreuses options pour distribuer leurs applications et c’est pourquoi nous nous efforçons de rendre le développement d’applications pour nos clients du monde entier simple, équitable et une excellente occasion », s’est défendu Apple.

Malgré la réaction de la firme à la pomme, les échanges internes semblent tout de même indiquer que Files a été boosté pendant très longtemps dans les résultats de recherche de l’App Store. Et on peut imaginer que ce n’était pas la seule. Difficile de savoir dans quelle proportion Apple a procédé de la sorte avec d’autres de ses apps. Dans tous les cas, cela ne devrait pas jouer en sa faveur au procès contre Epic. Cette pratique démontre en effet un abus de position dominante.