À l’occasion de la Keynote, Apple a dévoilé hier son tout dernier iPad Pro. En plus de l’adoption du processeur M1 qui lui procurera un réel boost de performances, l’iPad Pro va dorénavant employer la technologie mini-LED pour son écran. On vous dit tout sur cette nouvelle technologie de rétroéclairage.

La tablette haut de gamme de 12,9’’ est le premier produit Apple à passer d’une dalle LCD rétroéclairée par des LEDs classiques à une dalle mini-LED. La nouvelle dalle baptisée Liquid Retina XDR sera composée de 10 000 LEDs et fournira une luminosité record tout en gardant des contrastes avantageux et une profondeur des noirs.

La technologie mini-LED semble être l’alternative à l’OLED, moins chère à produire, plus durable et moins énergivore.

Pour rappel, voici comment fonctionne un écran LCD rétroéclairé par des LEDs : une dalle lumineuse éclaire l’écran et plusieurs filtres se chargent de faire passer la lumière, ou non, et d’attribuer les couleurs. Seulement, ce type de dalle a des limites en termes de contrastes et de profondeur des noirs, car ces derniers tirent vers le gris foncé.

L’OLED est alors apparu comme alternative. Sans trop rentrer dans les détails, ce type de dalle permet de n’éclairer que les pixels le nécessitant. Pas de rétroéclairage complet donc, un pixel noir est un pixel éteint. Les contrastes sont alors optimaux et le rendu des couleurs est sublime. Cependant la technologie est onéreuse et a ses limites en termes de luminosité et de durabilité. Ces contraintes expliquent pourquoi Apple s’en est passé pour ses tablettes, designées pour les déplacements.

Schéma d’un écran LED classique et d’un écran OLED 

Pour allier les avantages de l’OLED et du LED classique, les constructeurs de téléviseurs ont inventé ce qui s’appelle le « local dimming », c’est-à-dire qu’il est désormais possible d’atténuer l’intensité de la lumière émise par les petites lampes LED dans plusieurs zones de l’écran en fonction de l’image diffusée, rendant une certaine fidélité des contrastes à l’image. Mais cette alternative a également ses défauts, car elle a tendance a produire un effet de brillance autour d’un objet lumineux affiché à l’écran lorsqu’ils se situent dans un fond sombre.

La dalle mini-LED prend alors tout son sens. Fondamentalement guère différentes de la dalle vue précédemment, celles-ci démultiplient simplement le nombre de LED présents dans l’écran, car ils sont plus petits. Cela devrait permettre d’augmenter le nombre de zones d’atténuation et donc d’augmenter le pic de luminosité tout en gardant un bon contraste et une profondeur des noirs. Le tout en réduisant les effets de halo autour des objets lumineux.

Si l’iPad Pro bénéficie de cette nouvelle gamme d’écrans, ce n’est pas encore le cas de son petit frère de 11’’. Ce dernier se contentera pour le moment d’une technologie LED LCD classique, il faudra surement attendre l’année prochaine pour voir du nouveau.