Les AirTags seront commercialisés à partir du 30 avril prochain, au prix de 35 € pièce.

La firme de Cupertino s’est enfin décidée à lever le voile sur les AirTags lors de sa première conférence de l’année. Concrètement, ce nouvel accessoire est une balise Bluetooth, comme on en trouvait déjà dans le commerce. L’AirTag n’est donc pas une révolution en soi. Il permet de retrouver facilement l’objet auquel il a été accroché grâce à son signal Bluetooth. Mais l’AirTag se démarque malgré tout des traceurs Tile ou des SmartTag de Samsung grâce à son réseau d’objets connectés.

Un AirTag ne pèse que 11 grammes

Tout d’abord, les AirTags sont de petits objets ronds au design très épuré, dans la plus pure tradition de la marque. Ils disposent d’une autonomie d’un an et leur batterie – une pile – peut être facilement remplacée par monsieur et madame Tout-le-monde. Les traceurs d’Apple sont également résistants à l’eau (IP67) et à la poussière. Voilà ce que sont, sur la forme, les AirTags, mais sur le fond, ils sont bien plus que cela.

L’intérêt d’un tel accessoire est tout simplement de localiser l’objet auquel il est attaché grâce à son signal Bluetooth. Jusque-là, rien de révolutionnaire, les traceurs concurrents font exactement pareil, mais la particularité des AirTags est qu’ils peuvent exploiter l’ensemble des appareils Apple pour faire remonter leur signal jusqu’à leur propriétaire.

Apple propose de nombreux accessoires pour attacher un AirTag à un objet.

Concrètement, l’AirTag émet un signal Bluetooth pour que l’iPhone auquel il a été associé puisse le localiser en permanence via l’application dédiée Localiser. Ainsi, en cas de perte ou de disparition de cet AirTag – et de l’objet auquel il était accroché –, son propriétaire va pouvoir le retrouver via l’application, et ce, même si le traceur est très éloigné puisque l’AirTag va utiliser l’ensemble des appareils Apple à proximité pour faire remonter son signal Bluetooth jusqu’à son propriétaire. La géolocalisation du traceur peut donc se faire durant une longue période grâce à sa connexion Bluetooth et à son autonomie d’une année environ.

Étant donné que le gadget émet un signal Bluetooth en permanence, il est possible de connaitre sa position en temps réel, et non seulement sa dernière position connue. D’ailleurs, grâce à sa puce U1 qui permet une géolocalisation précise via les iPhone 11 et 12, il sera possible de localiser l’accessoire au mètre près et de se rendre sur place pour ensuite lui faire émettre un son grâce à son haut-parleur intégré. L’utilisateur pourra en effet faire sonner son AirTag via l’application Localiser ou en demandant à Siri de lui faire émettre un bip. L’AirTag supporte en effet l’assistant virtuel d’Apple.

Respect de la vie privée pour tous

Forcément le « réseau Localiser » composé des millions de produits Apple semble être une bonne chose pour celui ou celle qui a perdu un objet et qui veut utiliser ce réseau pour le retrouver, mais qu’en est-il pour les personnes dont les appareils sont utilisés pour géolocaliser les AirTags ? Apple assure que le processus de localisation permanente des AirTags se fait de manière anonyme et chiffrée et surtout que le système consomme très peu d’énergie. De plus, Apple indique sur son site qu’il ne collecte aucune donnée de localisation sur les AirTags ni sur les iPhone. La vie privée de ses utilisateurs est donc toujours préservée.

Mais la firme américaine va plus loin dans sa notion de réseau puisqu’elle permet à ses utilisateurs d’envoyer ses coordonnées à la personne qui trouverait votre AirTag afin qu’elle vous aide à le récupérer. Apple repose en quelque sorte son réseau Localiser sur la bonne volonté de ses clients.

D’ailleurs, le document de support de l’AirTag indique que toute personne trouvant un traceur pommé pourra le “scanner” via la fonctionnalité NFC de son smartphone iOS et Android pour obtenir des informations sur son propriétaire. Scanner l’objet “ouvre un site Web qui fournit des informations sur l’AirTag, y compris son numéro de série. Si le propriétaire l’a marqué comme perdu, vous verrez peut-être un message indiquant comment contacter le propriétaire. Vous pouvez contacter le propriétaire pour lui faire savoir que vous avez trouvé son AirTag.”

Apple a également pensé à une possible utilisation frauduleuse de ses AirTags et a mis en place un système de sécurité pour que les individus ne soient pas pistés à leur insu. Ainsi, si une personne a caché un traceur dans vos affaires, votre iPhone vous en avertira. Au bout d’un moment, l’AirTag étranger se mettra à sonner afin de faciliter sa localisation dans vos affaires. Cette alarme s’enclenchera que si l’objet est séparé de son propriétaire pendant un certain temps. Si cette fonctionnalité s’avère effectivement pratique pour éviter d’être suivi, elle peut également aider contre le vol puisqu’elle poussera l’AirTag à émettre un son s’il s’éloigne de son propriétaire. Dans les faits, difficile d’imaginer qu’un traceur Apple puisse éviter le vol puisque le voleur pourra tout simplement se débarrasser de l’objet.

Enfin, pour pouvoir utiliser ce nouveau gadget signé Apple, les consommateurs devront disposer d’un iPhone ou d’un iPod Touch récent et surtout compatible avec iOS 14.5. Cette mise à jour devrait être déployée dans les jours à venir, avant la commercialisation des AirTags. Elle introduira de nombreuses nouveautés, dont une application Localiser revue et corrigée qui prend tout simplement en compte les AirTags.

Les AirTags seront commercialisés à partir du 30 avril 2021 au prix de 35 euros pièce. Apple propose également un lot de 4 traceurs à 119 euros. Des montants assez conséquents, plus importants que ceux de la concurrence. Et il faudra ajouter plusieurs dizaines d’euros pour vous offrir des accessoires qui vous permettront d’attacher vos AirTags à un sac ou à vos clés. Pas de doute, les AirTags sont bien des produits Apple.