L’entreprise américaine a accepté de payer 3,4 millions de dollars aux consommateurs chiliens.

Apple fait régulièrement l’objet de procès qui ne se terminent pas toujours pour bien l’entreprise américaine. Cependant, la firme de Cupertino s’arrange très souvent pour faire appel de sa condamnation, histoire d’éviter de payer toute sanction financière, mais cette fois-ci ce n’est pas le cas. Apple a ainsi consenti à payer l’amende qui lui a été infligée dans le cadre de son procès pour obsolescence programmée des iPhone au Chili.

La firme à la pomme était accusée d’avoir programmé une durée de vie limitée à ses smartphones pour forcer les clients à remplacer leur iPhone plus tôt que nécessaire. Des accusations qui sont loin d’être inédites, Apple a en effet fait l’objet de plusieurs procès du même type aux États-Unis et en Europe dans le cadre du Batterygate. D’ailleurs, la firme de Cupertino avait finalement consenti à dédommager ses clients américains à hauteur de 25$. Apple avait d’ailleurs débloqué une enveloppe de 500 millions de dollars pour cela. L’entreprise américaine avait également été condamnée à une amende de 25 millions d’euros en France dans le cadre du Batterygate.

Au Chili, ce sont plus de 150.000 propriétaires d’iPhone 6, 6 Plus, 7, 7 Plus et SE qui ont poursuivi Apple, affirmant que les performances de leur téléphone avaient chuté après l’installation d’une mise à jour déployée en 2017. Apple avait d’ailleurs avoué avoir bridé les performances de ses téléphones à l’époque, dans le but “d’allonger la durée de vie des téléphones”.

Le jugement du procès prévoit une période d’enregistrement pour les clients concernés. Ces derniers devront fournir la preuve que les performances de leur iPhone ont été réduites, afin de pouvoir bénéficier de l’indemnisation maximale de 50$.