Les nouvelles règles d’Apple en matière de suivi des applications ne plaisent pas à tout le monde.

La firme de Cupertino fait l’objet d’une nouvelle plainte pour pratique antitrust. L’association française France Digitale – qui regroupe plusieurs startups – vient en effet de déposer une plainte devant la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) pour violation des règles de l’Union européenne vis-à-vis de la confidentialité et des règles régissant la concurrence.

Selon les plaignants, Apple ne serait pas tenu aux mêmes exigences que les autres développeurs d’applications en termes de confidentialité et du traitement des données de suivi des utilisateurs. Avec la prochaine version d’iOS (14.5), les développeurs seront en effet tenus d’obtenir le consentement explicite de leurs utilisateurs pour pouvoir les pister et partager les données récoltées à des réseaux publicitaires tiers. Or, selon France Digitale, Apple ne suivrait pas ses propres règles à ce niveau.

La firme américaine serait en effet autorisée par défaut à utiliser les données collectées sur ses utilisateurs depuis ses propres applications en vue d’y afficher des publicités ciblées. La différence ici repose sur le fait qu’Apple ne partage pas les informations récoltées à des publicitaires tiers. Cela n’entre donc pas dans le cadre des règles de la transparence du suivi des applications qui seront mises en place avec iOS 14.5. Et c’est justement ce que reprochent les plaignants qui considèrent cette différenciation comme injuste.

Ils reprochent également à Apple de ne pas informer clairement ses utilisateurs concernant ses pratiques publicitaires internes. Cela pourrait être considéré comme un abus de position dominante de la part d’Apple, selon les plaignants.

« Apple s’octroie le droit de choisir qui est un “partenaire” et qui est un “tiers”, et ce, de manière arbitraire. Cette qualité peut même évoluer dans le temps, sans que l’utilisateur soit informé d’un tel changement », souligne France Digital.

L’entreprise américaine n’a pas tardé à réagir à ces accusations par le biais d’un communiqué auquel a eu accès Bloomberg. Apple a ainsi répondu ; « les allégations contenues dans cette plainte sont manifestement fausses et seront considérées en tant que tel, une tentative erronée des entreprises qui traquent les utilisateurs pour détourner l’attention de leurs propres actions et induire en erreur les régulateurs et les décideurs. La transparence et le contrôle pour l’utilisateur sont les piliers fondamentaux de notre politique de confidentialité, c’est pourquoi nous avons rendu la transparence du suivi des applications également applicable à tous les développeurs, y compris Apple. La confidentialité fait partie des publicités que nous vendons sur notre plateforme et sont sans aucun suivi. »

Cette nouvelle plainte à l’encontre d’Apple s’ajoute à la longue liste des poursuites et batailles juridiques à laquelle fait face l’entreprise américaine depuis l’annonce des nouvelles règles de transparence du suivi des applications. Ces dernières devraient entrer en vigueur ce mois-ci ou le mois prochain, avec le lancement d’iOS 14.5.