L’Apple Car serait équipée d’un nouveau type de batterie.

La rumeur selon laquelle Apple chercherait à se lancer sur le secteur des voitures électriques court depuis de nombreuses années. Un bruit de couloir qui fait régulièrement parler de lui. Il avait même été question que le projet ait été abandonné. Or, selon un nouveau rapport de l’agence Reuters, le projet de l’Apple Car serait toujours dans les cartons de la firme américaine. Et il pourrait se concrétiser dans les années à venir.

Reuters rapporte en effet que la production de la voiture électrique pommée pourrait débuter en 2024. L’Apple Car pourrait donc être présentée au cours de cette année ou en 2025, tout dépendra de l’avancement du projet.

Apple se concentre principalement sur la mise au point d’une nouvelle batterie de voiture plus efficace, avec moins d’éléments internes ce qui permettrait d’intégrer plus de matériaux actifs au sein de la batterie. De cette façon, cette dernière offrirait une autonomie plus importante.

La batterie de l’Apple Car serait composée de lithium fer phosphate (LFP). Il s’agit d’une variante des batteries au lithium qui offre une densité d’énergie inférieure à celle des autres, tout en étant moins sujette à la surchauffe. De plus, ce type de batterie est moins coûteux. Outre Apple, Tesla a déjà indiqué s’intéresser aux batteries LFP pour ses véhicules.

De précédents rapports avaient indiqué qu’Apple pourrait se limiter à mettre au point un système de conduite autonome qui sera intégré à des véhicules élaborés par un constructeur automobile. Or, le nouveau rapport semble indiquer qu’Apple aurait finalement changé d’avis et souhaiterait développer sa propre voiture électrique, avec l’aide d’un constructeur automobile. Cette dernière arborerait donc la marque d’Apple.

Bien que la rumeur d’une Apple Car court depuis des années et que le rapport de Reuters affirme qu’elle pourrait sortir en 2024, le projet n’est pas à l’abri d’un retard. La crise du coronavirus pourrait d’ailleurs avoir eu un impact dessus, difficile à dire. Le rapport l’indique d’ailleurs, la pandémie « pourrait pousser le démarrage de la production jusqu’en 2025 ou au-delà ».