Si elle est votée, la nouvelle législation de l’UE pourrait mettre à mal les applications propriétaires préinstallées sur l’iPhone.

Depuis un certain temps déjà, l’Union européenne cherche à réglementer plus étroitement les agissements des GAFAM. Une quête qui semble être en bonne voie pour se concrétiser puisque la Commission européenne – branche exécutive de l’UE – vient de proposer une nouvelle législation qui pourrait mettre à mal le fonctionnement de l’App Store et plus largement d’Apple si elle venait à être votée.

Cette nouvelle législation pourrait en effet chambouler le fonctionnement de l’App Store et plus particulièrement la manière dont sont affichés les résultats de recherche. La Commission européenne pourrait mettre fin à l’autopréférence, à savoir l’affichage en première position des applications développées par Apple. L’idée étant de donner les mêmes chances aux petits développeurs qu’aux grands noms de la tech.

L’autre changement que pourrait apporter la nouvelle législation européenne sur le marché du numérique est qu’Apple devrait autoriser ses utilisateurs à désinstaller ses applications propriétaires préinstallées sur ses appareils. Un point qui impactera également Google sur Android. La firme de Mountain View a d’ailleurs déjà été condamnée à ce sujet concernant l’imposition de Chrome comme moteur de recherche par défaut sur les smartphones Android.

En cas d’infraction, les géants de la tech pourraient recevoir une amende allant jusqu’à 10% de leur chiffre d’affaires annuel au sein de l’UE.

Reste à voir quand la loi sera votée et entrera en vigueur au sein de l’Union européenne. Rappelons que l’App Store fait déjà l’objet d’une enquête antitrust de la part de la Commission européenne.