Au cours des 4 prochaines années, les services pommés pourraient être plus rentables que les ventes d’iPhone.

Dans quelques jours, la firme de Cupertino lancera un nouveau service, Apple Fitness+, allongeant ainsi la liste des services par abonnement proposés par Apple. Le 14 décembre prochain, l’entreprise américaine comptabilisera 6 services par abonnements, dont Apple TV+, Music, Arcade, News+, Fitness+ et iCloud. On peut également citer l’App Store, iTunes, Apple Pay, Apple Care+ ou encore l’Apple Card comme sources de revenus.

Le fait est qu’Apple mise désormais énormément sur ses services pour faire de l’argent, mais aussi pour se diversifier et ne pas compter uniquement sur sa poule aux œufs d’or ; l’iPhone. En 2017, les ventes de smartphones pommés ont culminé à 78 millions d’exemplaires dans le monde. Une année record pour la firme. Pourtant, craignant une chute des ventes d’iPhone, Apple a préféré diversifier ses sources de revenus en misant sur ses services.

En un peu plus d’un an, elle a lancé 4 nouveaux services, ainsi qu’un bundle, Apple One, qui permet de profiter de plusieurs services à moindre prix, preuve de la nouvelle stratégie d’Apple.

La firme à la pomme s’était donné comme objectif d’atteindre les 50 milliards de dollars grâce à ses services et à ses ventes sur l’App Store pour l’année 2020. Un montant qu’elle a dépassé puisque ses services ont engendré 53,77 milliards de dollars.

Des services plus rentables que l’iPhone

Selon Forbes, l’engouement pour les services pommés et l’App Store ne devrait pas cesser de croitre au cours des 4 prochaines années, devenant la principale source de revenus d’Apple. Le média estime ainsi que les abonnements aux différentes plateformes d’Apple devraient croitre de 11% chaque année, engendrant 81,5 milliards de dollars de revenu en 2024.

Du côté de l’iPhone, les revenus que ses ventes engendrent devraient continuer d’augmenter à un taux moyen de 5%, pour atteindre les 167 milliards de dollars. Cependant, les marges d’Apple sur les iPhone sont moins importantes (31,5%) que sur ses services (66%), c’est pourquoi ces derniers devraient rapporter plus à l’entreprise américaine. En 2024, les bénéfices bruts de l’iPhone s’élèveraient donc à 53 milliards de dollars, contre 54 milliards pour les services pommés – voire plus.

Reste à vois si ces projections se révèlent correctes. Il y a tout de même de fortes chances pour qu’Apple investisse beaucoup plus d’argent pour renflouer son catalogue Apple TV+, ce qui pourrait réduire ses bénéfices, mais ferait augmenter son nombre d’abonnés. Il est également question qu’Apple puisse être forcé de baisser sa commission de 30% sur les ventes de l’App Store par décision de justice – la politique d’Apple fait en effet l’objet d’une enquête de l’UE.