Apple va devoir investir dans des productions européennes pour continuer à proposer son service de streaming au sein de l’Union européenne.

Lancé depuis un peu plus d’un an dans une centaine de pays, Apple TV+ pourrait voir ce nombre drastiquement réduit si la plateforme de streaming ne se plie pas aux exigences de l’Union européenne. Suite à une directive votée en 2018 – qui doit encore être ratifiée dans plusieurs pays de l’UE –, « les fournisseurs de services de médias audiovisuels à la demande doivent veiller à ce que leurs catalogues contiennent une part minimale de 30 % d’œuvres européennes et qu’elles soient suffisamment mises en valeur ». Or, à l’heure actuelle, Apple TV+ propose en très grande majorité des productions américaines.

Alors que l’Ireland s’apprête à ratifier la directive européenne, la ministre du Tourisme, de la Culture, des Arts, de Gaeltacht, des Sports et des Médias Catherine Martin a pointé du doigt le manque de contenu européen au sein du catalogue d’Apple TV+, comme l’a souligné le journaliste Adrien Weckler.

Lorsque la directive européenne entrera en vigueur dans le pays, ce dernier pourrait interdire le service de streaming. Une interdiction qui, dans le pire des cas, pourrait s’appliquer à l’ensemble de l’Union européenne puisque c’est la commission irlandaise qui va superviser, pour l’ensemble de l’UE, l’application de la directive européenne par les services de streaming.

À l’heure actuelle, sur les 42 programmes diffusés sur la plateforme de streaming d’Apple, seule la comédie britannique Trying provenait de l’UE. La firme de Cupertino devrait ajouter 17 nouveaux programmes européens à sa plateforme sans ajouter des contenus provenant d’ailleurs pour atteindre les 30% exigés par l’UE.

Reste à voir si Apple compte se plier aux exigences de l’Union européenne. Pour le moment, le programme des prochaines sorties Apple TV+ ne fait pas mention de contenu européen ce qui pourrait lui porter préjudice. Difficile d’imaginer qu’Apple puisse tirer un trait sur le marché européen, mais il parait tout aussi difficile d’imaginer que la firme américaine puisse produire rapidement assez de contenus pour atteindre les quotas. À l’heure actuelle, aucun délai n’a pas été mis en place pour que les plateformes de streaming se mettent au diapason, mais cela ne saurait tarder.

On notera tout de même que les mêmes quotas seront imposés à Netflix, Amazon Prime Video et compagnies, mais ces derniers ont une longueur d’avance puisqu’ils proposent déjà environ 20% de programmes européens. La ratification de la directive européenne devrait permettre de forcer les plateformes de streaming à respecter le quota de 30%.