Le coronavirus aura eu un impact certain sur de nombreuses entreprises. Là où la plupart des PME vivent très mal cette situation, les géants de la tech sont parvenus à s’adapter et à faire face à cette situation sans précédent. Qu’en est-il d’Apple ?

Jamais les entreprises n’auront du à faire face à telle crise depuis le krach boursier de 1929 et plus récemment la crise financière de 2008. Le coronavirus aura eu un impact considérable sur le quotidien des 7 milliards et demi d’êtres humains, mais également sur les entreprises. Que ce soit le monde de l’horeca, du textile ou de la tech, personne n’échappe à une perte de revenus… ou presque.

Alors qu’on pourrait penser que la crise sanitaire allait avoir un impact sur la manière de consommer de tout un chacun, certaines entreprises battent des records en termes de chiffres d’affaires, les géants de la tech en premier. Si l’on pouvait craindre que la fermeture de ses stores et que le report des iPhone allaient engendrer une forte perte de revenus pour la firme pommée, le résultat fut tout autre.

Un chiffre d’affaires historiquement… élevé

Si l’on pouvait imaginer que la fermeture de ses différents magasins physiques allait impacter de manière négative les revenus d’Apple, les différents résultats financiers publiés nous auront contredis. Paradoxalement, les deux derniers trimestres de 2020 d’Apple ont été parmi les plus prolifiques de la firme de Cupertino. Ainsi, sur le troisième trimestre, qui s’étend d’avril à juin 2020, Apple a enregistré une hausse de 11% par rapport à la même période un an plus tôt, soit un chiffre d’affaires de 59,7 milliards de dollars. Douze mois plus tôt, Apple n’enregistrait “que” 53,8 milliards de dollars.

Le trimestre suivant reste dans la droite lignée des tendances précédentes. De juillet à septembre 2020, Apple conserve un très bon chiffre d’affaires, malgré une augmentation plus timide par rapport à l’année précédente. Les objectifs de ventes étaient pourtant revus à la baisse, après avoir finalement été surpassés grâce aux ventes d’accessoires notamment, comme les AirPods, grands gagnants de cette crise.

“Malgré l’impact de la pandémie de COVID-19, Apple traverse sa période la plus prolifique à ce jour en termes de lancements de produits. Et la réaction du public à tous ces nouveaux produits, notamment celle à notre première gamme d’iPhone compatibles 5G, est déjà extrêmement positive”, déclare le PDG d’Apple, Tim Cook.

Malgré une légère chute au début d’année en raison de la pandémie, le cours de l’action AAPL ne s’est jamais aussi bien porté.

Si la fermeture de ces Apple Store a eu un impact certain sur le cours de l’action Apple, les annonces successives des iPad Air, iPhone et Mac pucés M1 ont permis aux actions pommées de retrouver des couleurs. Elles n’ont d’ailleurs jamais été aussi élevées qu’elles ne le sont actuellement. L’action AAPL coûte par ailleurs plus de 160$ l’unité, un chiffre encore jamais atteint pour l’entreprise.

Les services d’Apple ne sont pas non plus étrangers à ce regain de forme du cours AAPL et des bénéfices de l’entreprise pommée. Apple One ainsi que Fitness ont été dévoilé durant la keynote de septembre, tandis qu’Apple Music ne s’est jamais aussi bien porté.

L’agenda de fin d’année chamboulé

Les rumeurs ne se seront jamais autant trompé que cette année. L’on prédisait l’annonce de certains produits pommés très attendus, il n’en aura finalement pas été le cas. En attestent les bouts de code d’iOS 14.3, qui évoquaient des petits accessoires de tracking appelés les AirTags. Leur annonce était, selon toute vraisemblance, programmée pour la keynote de novembre. Les AirTags auront finalement été les “grands” absents de cette présentation, très vite éclipsés par l’annonce de la nouvelle puce M1 des Mac.

Les AirPods Studio devaient quant à eux être présentés durant l’une des keynotes de fin d’année. Là aussi, il n’en fut rien. Le casque haut de gamme d’Apple fut l’un des grands absents de cette fin d’année 2020. Les bruits de couloir prédisent finalement une présentation dans le courant du mois de mars.

Les quatre modèles d’iPhone durent être lancés en deux temps, en raison de problèmes de logistique et de fabrications.

Si certaines annonces très attendues n’ont en fin de compte pas eu lieu, d’autres ont été retardées. Apple a pris l’habitude de présenter ses nouveaux smartphones dans le courant du mois de septembre pour une sortie prévue durant octobre. L’annonce a ainsi été décalée d’un mois, pour une sortie en deux temps. Les iPhone 12 et 12 Pro sont sortis le 23 octobre, tandis que les modèles Mini et pro Max durent attendre 10 jours de plus, pour une sortie prévue le 13 novembre. Un retard en partie justifié par la fermeture temporaire de plusieurs usines chinoises au début de l’année 2020. Les soucis liés à la logistique et à l’acheminement des smartphones vers les boutiques et maisons des clients seraient une autre explication de ce retard. Pour la fin d’année, les nouveaux smartphones pommés prennent plus de deux semaines pour être acheminés depuis le site officiel d’Apple, un délai de livraison déjà très conséquent.

Pour rappel, ce n’est pas la première fois qu’Apple se voit obligée de décaler la sortie de ses nouveaux iPhone. On se rappellera en effet de la sortie chaotique de l’iPhone X, qui fut lui aussi lancé début novembre 2017, à cause d’importants retards dans sa chaîne de production chinoise.

Des keynotes en trois temps

Apple n’aura jamais tenu autant de keynotes en une année civile qu’en 2020. Ce seront finalement trois keynotes qui ont été tenues par la Pomme, toutes centrées sur un produit phare. La première a été l’occasion de renouveler la gamme des iPad Air et Apple Watch et la seconde a vu le retour du HomePod et la nouvelle itération des iPhone. Enfin, la troisième et dernière keynote a permis à Apple de dévoiler ses toutes nouvelles puces M1 destinées aux Mac.

Situation sanitaire oblige, Apple n’a pu inviter l’habituelle pléthore de journalistes à ses keynotes. Nous avons ainsi eu droit à des événements en ligne, préenregistrés et à une mise en scène très originale et dynamique. Un moyen pour Apple de présenter ses appareils de la manière la plus optimale possible, sans les contraintes liées à un événement de grande envergure retransmis en direct.

Les trois keynotes ont du se faire depuis l’Apple Park, préenregistrées.

De nombreuses rumeurs font état d’une quatrième keynote pour le mois de décembre. Celle-ci se concentrerait sur un produit “surprise”, lié aux fêtes de Noël. On pourrait par exemple imaginer un accessoire, comme les chaussettes de Noël qui ont un temps servi d’étui pour les iPod, mais remises au goût du jour pour les iPhone 12. Elle pourrait également se porter sur les AirTags ou les AirPods Studio, même si tout porte à croire que leur présentation interviendrait au début de l’année 2021.

Un approvisionnement incertain

Le retard qu’ont pris les nouveaux iPhone quant aux présentations, disponibilités et livraisons auront finalement été très minimes. Outre une présentation décalée d’un mois et une sortie en deux temps, les iPhone ont été, dans leur ensemble très vite rendus disponibles au grand public. Néanmoins, la fermeture des Apple Store physiques ont forcé Apple à revoir ses plans de distribution pour la fin de l’année.

Au lancement des iPhone, les traditionnelles longues file d’attente n’étaient évidemment pas de la partie et la majorité de la distribution a du se faire directement par les services postaux. Après avoir interdit à ses employés de proposer des essais en magasin des AirPods et autres Apple Watch, Apple a inévitablement dû fermer l’ensemble de ses boutiques américaines et européennes. Un coup dur pour la marque, qui réalise malgré tout de jolis bénéfices au sein de ses boutiques physiques. Le magasin de Bruxelles est quant à lui toujours fermé, et rien n’indique sur le site d’Apple s’il rouvrira ce mardi 1er décembre en adéquation avec les nouvelles mesures sanitaires belges.