Apple a dévoilé sa nouvelle gamme d’ordinateurs portables équipés de son processeur maison M1. Le Macbook Air et le Macbook Pro sont respectivement vendus à 1129 euros et 1449 euros alors qu’ils partagent énormément de caractéristiques techniques. Comment justifier 320 euros de différence ?

Après plusieurs mois de teasing, Apple a enfin présenté sa nouvelle puce fonctionnant sous l’architecture ARM : l’Apple M1. Cette dernière équipe les Macbook Air, Macbook Pro et Mac mini. Au cours de sa conférence, Apple n’a pas tari d’éloge sur son nouveau SOC (une puce tout en un comprenant processeur, puce graphique, stockage, ram…) : vitesse de calcul 3.5 fois plus rapides, autonomie doublée, démarrage en moins de 2 secondes. 

En regardant de plus près les caractéristiques techniques du Macbook Air et du Macbook Pro, on remarque qu’ils partagent énormément de similarités. Ils profitent tous les deux d’un écran Retina de 13.3 pouces ainsi que de la puce Apple M1. En outre, les deux machines peuvent être équipées jusqu’à 16Go de RAM et 2To de stockage.

Au niveau des différences, on constate que le Macbook Pro profite d’une Touchbar ainsi que d’un système de refroidissement actif. Mais est-ce que ces deux éléments justifient de débourser 320 euros supplémentaires pour un MacBook Pro ? À première vue, nous aurions envie de répondre non mais c’est bien plus complexe que ça.

Le ventilateur pour les Pro

À l’instar du Mac mini, le Macbook Pro profite d’un refroidissement actif. Cela signifie que le Macbook Pro est muni d’un ventilateur pour refroidir sa puce M1. Contrairement au refroidissement passif du Macbook Air, un système de refroidissement actif offre de meilleures performances sur de longues sessions.

En effet, dès qu’un processeur effectue une tâche, il émet de la chaleur. Cette dernière est particulièrement dangereuse si la température augmente de façon disproportionnée, le processeur peut s’endommager. Il existe alors deux moyens pour refroidir le processeur : apporter de l’air frais ou réduire la puissance de calcul (le throttle). Le throttle est une technique communément employée sur les SOCs de smartphones et tablettes.

Ainsi sur le Macbook Air, lorsque le processeur sera longuement sollicité, ce dernier réduira sa fréquence de fonctionnement et donc sa puissance de calcul afin d’émettre moins de chaleur. A l’inverse, la puce M1 sur le Macbook Pro (et Mac Mini) maintiendra ses performances plus longtemps.

Et c’est bien ici que la distinction s’opère entre le Macbook Pro et Air. Pour les ingénieurs d’Apple, le Macbook Pro se destine à un usage professionnel et il faut donc offrir un maximum de performance sans compromis.

Le diable est dans les détails

Les différences entre le Macbook Air et Pro sont plus nombreuses qu’il n’y paraît. La puce Apple M1 équipant le Macbook Air n’est pas exactement la même que celle du Pro. L’Apple M1 du Macbook Air dispose d’un cœur graphique en moins, sept au lieu de huit. Si vous souhaitez avoir 8 coeurs graphiques sur le Macbook Air, il faudra choisir la configuration supérieure à 1399 euros (les 1449 euros du Macbook Pro ne sont plus très loin). Par la suite, l’écran Retina du Macbook Pro est légèrement plus lumineux (500 nits contre 400 nits sur l’Air). Et enfin, le Macbook Pro profite d’une batterie plus grande, lui offrant deux heures d’autonomie supplémentaire.

Mais là où Apple fait fort, c’est au niveau des dimensions du Macbook Air et du Pro. Le Macbook Air est plus épais que le Pro (1.61 cm vs 1.56 cm) !

Finalement, les différences entre le Macbook Pro et sa déclinaison Air sont plus nombreuses qu’il n’y paraît. Comme toujours avec Apple, le diable se cache dans les détails.