Seul un faible pourcentage des patients qui auraient consulté un médecin suite à une alerte de leur Apple Watch présentaient un vrai problème de santé.

En 2018, Apple a introduit une fonctionnalité électrocardiogramme sur ses montres connectées, avec l’Apple Watch Series 4. Une nouveauté qui a rencontré un immense succès auprès des aficionados de la marque. L’engagement de la firme dans le domaine de la santé et les jolies histoires de vies sauvées grâce à cette fonctionnalité a en effet poussé de nombreuses personnes à prendre les recommandations de leur montre au sérieux.

De nombreux propriétaires d’Apple Watch Series 4, 5 et 6 se sont ainsi retrouvés aux urgences ou chez leur médecin traitant pour réaliser des examens médicaux, suite aux recommandations de leur montre connectée. Des examens onéreux – surtout aux États-Unis – qui n’auraient pas toujours été nécessaires selon l’étude de la professeure adjointe de médecine d’urgence à la clinique de Mayo, Heather Heaton.

La professeure a en effet indiqué à The Verge que seuls 10% des patients venus à la clinique de Mayo suite aux recommandations de leur Apple Watch présentaient une maladie cardiaque. En plus d’engendrer des frais importants pour les patients, ces visites occupent inutilement les médecins et le corps médical en général, mais causent également du stress et de l’anxiété chez les patients.

En étudiant les dossiers de patients provenant de Floride, d’Arizona, du Wisconsin et de l’Iowa, la médecin a ainsi identifié 264 cas de patients venus consulter pour une anomalie cardiaque détectée par leur Apple Watch. Cinquante-huit de ces patients avaient déjà reçu un diagnostic de fibrillation auriculaire. Sur les quelque 200 patients restants, seuls 30 d’entre eux présentaient bien une anomalie cardiaque qui n’avait pas encore été décelée. Dans la grande majorité des cas, la montre connectée d’Apple a donc envoyé de faux positifs à ses propriétaires, les envoyant inutilement aux urgences.

On peut rapprocher ce phénomène de celui des patients qui viennent consulter un médecin après s’être autodiagnostiqués en faisant des recherches sur Internet.

Dans le cas des montres connectées équipées d’une fonction ECG – les Apple Watch n’ont pas le monopole -, la professeure Heather Heaton craint que cela ne cause du stress inutile chez les personnes. Il est vrai qu’il est assez difficile de passer outre l’alarme de son Apple Watch, sans s’inquiéter.

Selon elle, la plupart des recherches sur ce type de wearables se concentrent sur leur capacité à détecter les fibrillations auriculaires, sans pour autant chercher à déterminer dans quelle mesure ces montres connectées peuvent être réellement utiles comme outil de dépistage médical. « Comprendre le contexte et les nuances de la maladie est important et, à ce stade, ne peut être entièrement compris uniquement par un appareil médical portable », a-t-elle souligné à The Verge.