Après Epic, c’est au tour de Facebook de s’en prendre publiquement à la commission de 30% d’Apple.

Rien ne va plus pour la firme californienne et son App Store. Après avoir essuyé de nombreuses critiques, le coup d’éclat d’Epic Games et de faire l’objet d’une enquête de la Commission européenne pour pratiques anticoncurrentielles, l’App Store compte un nouvel opposant : Facebook. L’entreprise de Mark Zuckerberg a en effet critiqué le règlement de la boutique d’applications d’Apple et plus particulièrement sa commission de 30%.

La nouvelle mise à jour de la version iOS de Facebook introduit une nouvelle fonctionnalité qui permet aux utilisateurs d’acheter des produits depuis l’app. Or, cette nouveauté ne semble pas plaire à Apple. Le problème ne vient pas de la fonctionnalité en tant elle-même, mais d’un message situé juste en dessous du montant à payer. Le message en question précise en effet qu’Apple récupérera 30% du montant de l’achat.

C’est pourquoi la firme de Cupertino a décidé de bloquer la mise à jour de Facebook sur iOS, afin d’empêcher le réseau social d’afficher le message, a indiqué Facebook à Reuters. Apple s’est défendu en indiquant que cette mise à jour violait une règle de l’App Store. Cette règle en question indique que les développeurs ne peuvent pas montrer aux utilisateurs des informations considérées comme « non pertinentes ».

Facebook indique avoir demandé à Apple de supprimer sa commission de 30% sur les achats effectués via l’application, afin que la totalité des revenus revienne aux entreprises et magasins. Une demande à laquelle Apple n’a pas cédé.

« Aujourd’hui plus que jamais, nous devrions avoir la possibilité d’aider les gens à comprendre où va réellement l’argent qu’ils prévoient des petites entreprises », a déclaré Facebook à Reuters « Malheureusement, Apple a rejeté notre avis de transparence autour de leur taxe de 30%, mais nous travaillons toujours pour rendre ces informations disponibles dans l’expérience de l’application ».

Facebook n’est pas le premier à vouloir afficher clairement les pratiques de l’App Store, Netflix, Kindle ou encore Spotify ont déjà tenté de le faire auparavant. Mais Apple interdit aux développeurs d’indiquer que la totalité des montants facturés ne le reviennent pas, de même que de renvoyer leurs utilisateurs vers leur site Internet pour souscrire à un abonnement ou faire des achats afin d’éviter que 30% sur montant reviennent à Apple.

Difficile d’imaginer comment Facebook pourrait arriver à ses fins et donc parvenir à afficher le message problématique sur son app. En attendant, Facebook semble avoir fait une croix sur cette information pour pouvoir publier la mise à jour de l’app. Une chose est sûre, les politiques de l’App Store n’ont pas fini de faire parler d’elles.