La raison invoquée est qu’elles n’étaient pas en accord avec la réglementation locale.

On le sait, le gouvernement de Xi Jinping est très restrictif en matière de libertés numériques. Début 2016, la Chine a adopté toute une série de lois visant les applications illégales et le trafic engendré par les jeux en ligne. En se basant sur ces nouvelles réglementations, Apple entend bien serrer la vis à l’égard des développeurs qui publient sur l’App Store. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Apple a tenu ses promesses.

En février, la firme de Cupertino avait laissé jusqu’au 30 juin aux applications afin qu’elles prouvent posséder une licence. Le mois dernier, elle a même suspendu les mises à jour pour plusieurs d’entre elles qui n’avaient pas d’autorisation officielle. A la date du 8 juillet, Apple a lancé un dernier avertissement quant à une suppression imminente. Ce samedi, la firme pommée a décidé de passer de la parole aux actes. Près de 30 000 applications ont en effet été supprimées de Chine, dont 90% étaient des jeux. Ces apps ne possédaient aucune licence valable qui leur aurait permis de rester commercialisées.

Cette décision est d’ailleurs en lien avec la position que prend Apple dans la guerre commerciale qui oppose les USA à l’Empire du Milieu. La firme américaine entend bien garder de bonnes relations avec la Chine. Elle est prête à se plier aux exigences du gouvernement, quitte à supprimer des applications de son magasin numérique.