Cela permettrait d’améliorer la transmission audio entre les deux écouteurs.

Le développement de nouveaux AirPods pousse les ingénieurs d’Apple à envisager toutes sortes de solutions afin d’améliorer les caractéristiques des écouteurs sans fil pommés. Selon un nouveau brevet de la firme californienne intitulé « stimulation audio multi-trajets à l’aide de compresseurs audio », Apple chercherait à exploiter la conduction osseuse pour améliorer la transmission audio entre les deux écouteurs.

Exploiter la conduction osseuse offrirait en effet plusieurs avantages aux AirPods, mais cela signifierait également plus d’accessoires. Les schémas présents dans le brevet d’Apple font en effet référence à une sangle qui passerait d’une oreille à l’autre en passant par l’arrière du crâne. Elle serait composée de différents capteurs et d’un transducteur de conduction osseuse.

Cette sangle bouleverserait totalement la transmission audio. Les écouteurs ne seraient plus la source de l’audio, mais bien des transducteurs à conduction aérienne. La source du signal sonore proviendrait de l’arrière du crâne, via la sangle et serait véhiculée par vibration osseuse jusqu’aux conduits auditifs. L’un des intérêts de ce dispositif est qu’il ne bloquerait pas les conduits auditifs.

Apple ne serait pas le premier à exploiter la conduction osseuse pour transmettre un signal sonore. Plusieurs casques audio y ont déjà recours, mais leur procédé n’est pas forcément optimal.

Le dispositif imaginé par Apple est loin de ressembler à ce à quoi nous a habitués la firme californienne, surtout pour les AirPods, plutôt discrets. C’est pourquoi on peut imaginer que cette technologie et cet appareil soient en réalité prévus pour être couplés à un casque de réalité virtuelle ou à des lunettes de réalité augmentée.

Évidemment, à l’heure actuelle, il nous est impossible d’avoir un avis tranché sur la question. D’ailleurs, Apple pourrait ne jamais exploiter ce dispositif breveté.