L’App Store fait actuellement l’objet d’une enquête antitrust menée par la Commission européenne.

Le président et directeur juridique de Microsoft, Brad Smith, s’est exprimé au sujet de la politique mise en place par Apple sur son App Store. La prise de Brad Smith intervient quelques jours seulement avant l’audience des dirigeants des GAFA devant la Chambre des États-Unis. La Chambre des États-Unis a souhaité avoir « le point de vue de Microsoft en tant que grande entreprise technologique ». L’entreprise américaine s’était déjà impliquée dans l’élaboration de la réglementation antitrust. Et si l’enquête antitrust menée par les autorités américaines vise l’ensemble des GAFA, Brad Smith a surtout pointé du doigt Apple et son Apple Store.

Durant sa prise de parole, Brad Smith a partagé ses préoccupations concernant les différentes politiques appliquées par Apple sur l’App Store. Le processus d’approbation des applications, la commission de 30% d’Apple sur l’ensemble des achats et abonnements effectués depuis la plateforme, mais aussi l’obligation pour les développeurs de faire passer les achats in-app par les services d’Apple ont été passés en revue par le président et directeur juridique de Microsoft. Selon lui, ces pratiques sont préoccupantes et il est grand temps que les législateurs se penchent dessus.

Depuis quelques semaines, la firme de Cupertino se trouve sous le feu des projecteurs  en raison des pratiques imposées sur l’App Store. Suite aux plaintes de plusieurs services et développeurs, notamment Spotify et Kobo, déposées auprès de la Commission européenne, cette dernière a annoncé qu’une enquête officielle serait menée sur l’App Store.

Spotify et Kobo ont notamment critiqué le fait qu’Apple leur prenne une commission de 30% sur chaque abonnement effectué depuis sa plateforme. Une commission qui n’affecte évidemment pas les propres services d’Apple (Apple Music), ce qui représente une forme de pratique anticoncurrentielle selon eux.