Apple avait fait appel à sa condamnation.

Trois ans après l’affaire des iPhone délibérément ralentis, les premières condamnations à l’encontre d’Apple tombent. Après l’amende de 25 millions d’euros infligée par la France, puis celle des États-Unis d’un montant de 500 millions de dollars, c’est au tour de l’Italie de régler ses comptes avec la firme californienne.

Le régulateur italien avait condamné Apple à payer une amende de 10 millions d’euros pour ne pas avoir suffisamment informé ses utilisateurs concernant les changements de performances introduits avec iOS 10.2.1. La firme de Cupertino a été accusée d’avoir « mis en œuvre des pratiques commerciales déloyales ».

Pour rappel, la firme à la pomme avait introduit en 2017 une mise à jour qui ralentissait les performances de certains iPhone en vue de prolonger la durée de vie de leur batterie, et ce, sans en avoir préalablement informé les consommateurs.

Apple a bien évidemment fait appel à sa condamnation. Malheureusement pour l’entreprise américaine, la justice italienne n’a pas été dans son sens. La firme de Cupertino ne pourra donc pas échapper à cette amende. Contrairement à l’amende américaine, celle de l’Italie ne profitera pas aux consommateurs.

L’année 2020 devrait en tout cas être une année difficile pour l’entreprise américaine puisqu’elle devra payer en tout un peu plus de 480 millions d’euros dans le cadre du BatteryGate.