Le fait qu’Apple travaille toujours sur le sujet pourrait être de bon augure pour l’AirPower qui pourrait faire son come-back.

La firme californienne vient de déposer un nouveau brevet auprès des autorités compétentes américaines concernant un système de charge inversée par induction. Le texte du brevet fait clairement référence à ce type de technologie puisqu’il décrit des « procédés pour charger par induction un dispositif électronique via un autre ». La charge inversée est donc toujours au programme chez Apple.

Ce nouveau brevet fait surtout référence à l’intégration d’aimants qui aurait pour objectif d’affiner la charge bidirectionnelle. La charge inversée ne serait ainsi possible que si les objets sont placés correctement, là où se trouvent les aimants.

Les schémas du document montrent également les différentes associations de produits qui pourraient se recharger les uns les autres. On peut ainsi voir une Apple Watch posée sur un iPhone reposant lui-même sur un iPad, le tout étant posé sur un MacBook Pro branché sur secteur. Ce dernier se chargerait pour l’ensemble des produits.

Un produit tel qu’un MacBook pourrait d’ailleurs disposer de plusieurs emplacements de charge inversée ce qui lui permettrait de recharger plusieurs produits en même temps, mais surtout autant lorsqu’il est fermé qu’ouvert.

Les schémas du brevet laissent donc entendre que la charge inversée pourrait concerner l’ensemble des futurs produits pommés. Rappelons que dans les faits, l’iPhone 11 est déjà équipé de cette fonctionnalité. Elle est uniquement bloquée au niveau logiciel.  Apple n’aurait pas eu le temps de finaliser la fonctionnalité avant le lancement des smartphones.

Comme toujours, le fait que la Pomme dépose un nouveau brevet n’implique pas que la technologie protégée se retrouvera un jour dans un produit Apple. On peut tout de même garder espoir.