Les autres nouveaux produits de la Pomme pourraient en revanche sortir bien plus tard.

Si la présentation de l’iPhone 12 n’est pas attendue avant plusieurs mois, beaucoup s’interrogent déjà sur les répercussions que va avoir le coronavirus sur le produit phare d’Apple. Selon certains, son développement aurait été ralenti, pour d’autres, sa commercialisation aurait été reportée à début 2021. Si la première supposition parait plausible, ce ne serait pas le cas de la seconde, selon Bloomberg.

En effet, selon le média américain, reporter la sortie de l’iPhone 12 aurait un trop gros impact négatif sur Apple, mais aussi sur ses partenaires. C’est pourquoi l’entreprise mettrait tout en œuvre pour suivre l’agenda qu’elle s’est fixé.

Foxconn, le principal fournisseur de la Pomme, aurait déjà rouvert une bonne partie de ses usines en Chine. Le fournisseur affirme d’ailleurs avoir réussi à retrouver un rythme de production conséquent et il n’y aurait pas d’inquiétude à avoir concernant l’iPhone 12 puisque sa production de masse ne devrait pas débuter avant le mois de mai.

Le nouveau flagship de la Pomme sortirait donc bien à l’automne prochain, mais il se pourrait qu’il soit commercialisé plusieurs semaines après sa présentation. En revanche, les autres produits qui pourraient être présentés en parallèle de l’iPhone 12 (Apple Watch 6, AirPods Pro Lite) pourraient être commercialisés bien après leur présentation, soit début 2021. L’impact ne serait pas le même sur les affaires et l’image d’Apple.

S’il est vrai qu’un retard de l’iPhone 12 pourrait être néfaste pour l’entreprise américaine, la situation actuelle du coronavirus ne permet pas d’être certain qu’Apple sera en mesure de respecter son calendrier habituel. La situation pourrait encore évoluer dans les prochaines semaines et les prochains mois en la faveur ou la défaveur de la Pomme.

Apple pourrait également prendre en compte la demande supposée de ses clients pour son nouvel iPhone pour déterminer sa fenêtre de lancement.