La prochaine génération de puce d’iPhone pourrait le rendre aussi puissant qu’un MacBook Pro.

L’iPhone 2020 devrait logiquement embarquer la nouvelle génération de puce Apple, l’A14. Ce nouveau processeur devrait être plus puissant que la précédente génération, l’A13 Bionic, qui s’était déjà démarquée de son ancêtre, ainsi que des processeurs de ses concurrents, notamment ceux de Qualcomm. Mais si Apple se place en tête du classement grâce à ses puces de smartphones, la firme californienne ne compte pas en rester là et souhaite proposer des processeurs toujours plus puissants.

En effet, selon MacWorld, le fournisseur de puces d’Apple (TSMC) opterait pour une gravure en 5nm – avec la technique de lithographie extrême ultraviolet (EUV) – plutôt qu’en 7nm, comme ce fut le cas pour l’A13. Un nouveau processus de gravure qui permettrait de décupler les performances du processeur. Selon TSMC, cela permettrait au processeur d’être 15% plus rapide. Si l’A14 est bien gravée en 5nm, ce serait la première fois que le grand public en profiterait.

Selon MacWorld, la finesse de gravure permettrait à la firme californienne d’augmenter son nombre de transistors. En fonction de la taille de la puce, ce nombre pourrait être de 15 milliards de transistors pour une taille de 100mm² ou de 12,5 milliards de transistors si Apple choisit de réduire la taille du processeur à 85mm² ce qui serait tout de même une grande avancée par rapport aux 8,5 milliards de transistors de l’A13 Bionic.

Dans les deux cas, ces nombres de transistors permettraient à la puce d’atteindre des scores records en termes de benchmarks. En monocoeur, le score de la future A14 pourrait atteindre 1.500-1.600 de performances et entre 4500 et 5000 en multicoeur, soit l’équivalent d’un MacBook Pro.

Une prévision qui irait dans le sens d’autres rumeurs qui affirment qu’Apple pourrait opter pour des processeurs ARM pour ses futurs MacBook Pro dans le but d’unifier macOS et iOS.