Le FBI demande à Apple de déverrouiller deux iPhone dans le cadre d’une enquête pour acte terroriste.

Le président américain s’est exprimé à propos du manque de collaboration d’Apple avec le FBI. La firme californienne refuse de déverrouiller les téléphones de l’auteur de la tuerie de Pensacola.

Le mois dernier, les États-Unis ont été une nouvelle fois le théâtre d’une tuerie causant la mort de 3 personnes et faisant 8 blessés dans une base aéronavale de Pensacola, en Floride. L’auteur de l’attaque, un militaire saoudien en formation de 21 ans, a été abattu par les forces de l’ordre. Dans le cadre de son enquête sur les raisons qui ont poussé Mohammed Saeed Alshamrani à commettre cette attaque, le FBI souhaite accéder aux données des deux iPhone du terroriste. Une demande à laquelle Apple, fervente défenseuse de la vie privée, ne consentit pas.

Sur Twitter, Donald Trump a commenté « nous aidons Apple tout le temps en matière de commerce et sur tant d’autres problèmes, et pourtant ils refusent de déverrouiller les téléphones utilisés par les tueurs, les trafiquants de drogue et d’autres criminels. Ils devront faire leur part et aider notre grand pays, maintenant ! ».

Apple a indiqué à BuzzFeed News avoir collaboré autant que possible avec le FBI, fournissant des gigaoctets d’information aux enquêteurs – sans préciser lesquelles -, mais se refuse à mettre en place une porte dérobée dans ses logiciels permettant le déverrouillage forcé de ses produits.

Ce n’est pas la première fois qu’Apple refuse de collaborer avec les autorités américaines en leur donnant accès aux données personnelles de ses clients. À l’époque, en 2016, le FBI s’était tourné vers des sociétés de sécurité pour décrypter un iPhone 5 et un iPhone 7.

Aujourd’hui, plusieurs sociétés d’informatique ou de sécurité se disent capables de pirater l’iPhone. Il est donc assez étonnant de voir que le FBI demande une nouvelle fois l’aide d’Apple pour accéder aux données personnelles renfermées dans les téléphones du terroriste.

Cette affaire pourrait ternir l’image de la Pomme, ainsi que les relations qu’entretiennent Donald Trump et Tim Cook.