La situation pourrait empirer, malgré d’important investissements de la part de Sony. 

Si à première vue les constructeurs de smartphones se font une concurrence acharnée, ce n’est pas forcément le cas en coulisses. En effet, certains constructeurs tels que Samsung ou Sony fournissent des pièces indispensables à d’autres marques, notamment Apple.

À ce propos, il semblerait que Sony ait du mal à répondre à la demande croissante de capteurs photo pour l’iPhone 11, et ce, malgré un investissement massif dans les moyens de production de l’entreprise japonaise.

Le fait est que, en tant que leader mondial du secteur, Sony est le fournisseur de nombreux constructeurs en termes de capteurs photo. Or, la nouvelle tendance des multiples capteurs accroit forcément la demande, une demande que Sony n’arrive pas à suivre puisque, désormais les téléphones embarquent 3 ou 4 capteurs photo.

Sony contrôle aujourd’hui 51% du marché des capteurs photo et pourrait bien représenter 60% du marché d’ici 2025, selon Terushi Shimizu, responsable de l’unité semi-conducteur de Sony. Un objectif qui, à l’heure actuelle, semble plutôt compromis étant donné que Sony a du mal à répondre à la demande grandissante. La firme japonaise n’a tout simplement pas suffisamment anticipé le succès de ses capteurs photo.

Pour la deuxième année consécutive, Sony doit faire tourner ses chaînes de production sans interruption pendant les fêtes de fin d’année afin d’honorer les commandes. Cette année, Sony a doublé son budget d’investissement, atteignant les 2,3 milliards d’euros. Un montant qui a permis de décupler les chaînes de production et de lancer la construction d’une nouvelle usine à Nagasaki.

Reste à voir si Sony arrivera à honorer les commandes. Dans le cas de l’iPhone 11, celui-ci devrait connaitre le même succès que son grand frère, l’iPhone XR, et devenir le modèle le plus vendu des smartphones pommés pour l’année à venir. Sauf s’il n’y a un problème dans la chaîne d’approvisionnement… « À en juger par la façon dont les choses se passent, même après tous ces investissements dans l’expansion de la capacité, cela pourrait ne pas être suffisant », a avoué Terushi Shimizu à Bloomberg.