Il est condamné à une peine de prison de 2 ans avec sursis. 

Deux ans après les faits, la justice a statué dans l’affaire opposant Kerem Albayrak, un pirate informatique, et Apple. En mars 2017, la firme californienne s’était vue adresser des menaces de la part d’une mystérieuse association la Turkish Crime Family, dont le pirate informatique aurait été membre.

Le hacker se vantait d’avoir piraté 319 millions de comptes iCloud et exigeait d’Apple qu’elle lui verse 100.000 $ en cartes iTunes ou l’équivalent en cryptomonnaie. Si elle ne le faisait pas, le hacker menaçait d’effacer l’entièreté des comptes iCloud.

Une menace qu’Apple a pris au sérieux, mais au lieu de céder à la pression, la firme californienne a contacté la National Crime Agency (NCA) britannique qui a pris le relais. L’agence a réussi à remonter la piste des preuves avancées par le hacker et à appréhender l’individu. La NCA avait décrit le pirate de « cybercriminel assoiffé de reconnaissance ». Le jeune londonien de 22 ans avait d’ailleurs déclaré que « quand vous avez le pouvoir sur internet, c’est comme de la reconnaissance et tout le monde vous respecte, et c’est ce que tout le monde veut maintenant ».

Durant son procès, le jeune hacker en manque de reconnaissance a plaidé coupable aux accusations de chantage et d’entrave au système informatique. Dans les faits, il a été révélé que le hacker n’avait pas réellement piraté de compte iCloud. Les preuves qu’il avait avancées pour faire pression sur Apple provenaient en réalité d’une fuite de données d’autres services, dont des identifiants iCloud.

Il a écopé de deux ans de prison avec sursis, de 200 heures de travail d’intérêts généraux, ainsi qu’un couvre-feu électronique. Enfin, il ne peut plus utiliser d’ordinateurs.