Avec l’apparition d’Apple Arcade et Apple TV +, la Pomme aimerait proposer un seul abonnement regroupant tous ses services. Malheureusement, l’idée ne séduit pas forcément les ayants droit des œuvres proposées par Apple.

Cette année marque un tournant important pour la firme californienne qui multiplie son nombre de services. En mars dernier, la Pomme présentait Apple News +, son service d’abonnement à la presse – disponible uniquement aux États-Unis –, Apple TV +, son service de streaming vidéo, ainsi qu’Apple Arcade, un service de gaming par abonnement. En ajoutant le service de streaming musical Apple Music, la firme californienne comptera très prochainement 4 services par abonnements. Un nombre important qui pourrait être d’ailleurs un frein financier pour certains utilisateurs, c’est pourquoi la Pomme plancherait sur un bundle d’abonnements à ses services.

Apple souhaiterait regrouper tous ses services au sein d’un seul abonnement premium. Cet abonnement global pourrait être proposé à un tarif préférentiel ce qui pourrait séduire davantage d’abonnés. Mais certains seraient tout de même réfractaires à l’idée ; les ayants droit.

Un abonnement unique moins rentable

Selon le Financial Times qui cite plusieurs sources proches du dossier, le prix de l’abonnement premium serait au cœur du problème. Les ayants droit des musiques, films, jeux vidéo et médias proposés dans les services de la Pomme sont inquiets de voir leurs œuvres perdues au milieu d’une offre plus généraliste qui pourrait noyer la valeur de leurs créations.

Pour que l’abonnement premium séduise des abonnés, il faut évidemment que son tarif soit attractif et donc inférieur à la somme des différents abonnements. Or, cela voudrait dire que la marge de bénéfice des ayants droit serait réduite. Évidemment, cette idée ne séduit pas les auteurs, producteurs et autres personnes liées à l’exploitation d’une œuvre.

Pourtant, toujours selon le Financial Times, certains ayants droit se sont montrés ouverts à ce concept d’abonnement premium. On peut imaginer qu’il s’agit ici d’enseignes ou de personnalités qui peuvent se permettre de réduire leur marge de bénéfice gagnée par le biais des services d’Apple.

Reste à voir si la Pomme arrivera à proposer un abonnement qui contentera tout le monde.