Pour motiver sa plainte, la plaignante invoque une violation du Quatrième Amendement de la Constitution des États-Unis.

Nouvel épisode juridique pour la Pomme. Après plusieurs recours collectifs, Apple fait face cette fois-ci à une cliente seule et remontée contre la firme. Après que son iPhone et son MacBook Air aient été piratés, la plaignante aurait exigé un remboursement de la part d’Apple. Une demande à laquelle la firme californienne n’aurait pas cédé.

L’Américaine a indiqué dans sa plainte manuscrite avoir contacté le SAV d’Apple qui, au lieu d’accéder à sa demande de remboursement, lui aurait bloqué son compte iCloud. Elle regrette que le service après-vente d’Apple ne lui ait donné aucune solution, malgré la souscription à une assurance Apple Care. Sauf que dans ce cas de figure, l’assurance ne fonctionne absolument pas de toute manière.

Selon la plaignante, elle serait victime d’une violation du Quatrième Amendement de la Constitution des États-Unis, à savoir la protection contre les perquisitions et les saisies non motivées, concernant son compte iCloud.

Elle réclame 250.000 dollars de dommages et intérêts à la firme pour cette « violation » et le non-remboursement de ses produits piratés.