La firme californienne vient d’entamer des poursuites contre la startup Corellium LLC. La Pomme l’accuse de porter atteinte à ses droits d’auteur en vendant des copies virtuelles de son système d’exploitation iOS, comme le rapporte Bloomberg.

La création des copies parfaites d’iOS date d’un peu plus d’un an. Elles ont été mises au point par la startup Corellium LLC et sont vendues en ligne à toute personne prête à dépenser un peu d’argent. De quoi attirer de nombreux pirates. Un gros problème pour la Pomme qui cherche aujourd’hui à faire interdire ces iPhone virtuels.

Pour Apple, la startup est en flagrant délit puisqu’elle porte atteinte à ses droits d’auteur. En plus d’avoir copié son système d’exploitation, Corellium LLC a également reproduit le l’interface d’utilisateur, ainsi que d’autres aspects spécifiques à la Pomme.

Officiellement, Corellium LLC assure avoir développé cette copie parfaite d’iOS afin d’aider les experts en sécurité à déceler des failles de sécurité dans le but de prévenir Apple de leur existence. Or, tout en chacun peut acheter cette copie d’iOS dont des pirates informatiques.

« Bien que Corellium se présente comme un outil de recherche pour ceux qui tentent de découvrir des failles de sécurité et d’autres failles dans les logiciels d’Apple, le véritable objectif de Corellium est de tirer profit de son infraction flagrante », a affirmé Apple dans sa plainte. « Loin d’aider à résoudre les vulnérabilités, Corellium encourage ses utilisateurs à vendre toute information découverte sur le marché libre au plus offrant ».

De son côté, Corellium a assuré sur son site Internet qu’elle « respecte les droits de propriété intellectuelle d’autrui et attend de ses utilisateurs qu’ils en fassent autant ».

Dans sa plainte, Apple va plus loin et assure que « Corellium commercialise sans discrimination [ses] produits à tout client, y compris aux gouvernements étrangers et aux entreprises commerciales. Corellium ne limite pas sélectivement ses clients à ceux qui ont un objectif socialement bénéfique ». La firme californienne précise que « l’objectif de cette action en justice n’est pas d’encombrer les recherches de bonne foi sur la sécurité, mais de mettre fin à la commercialisation illégale par Corellium des œuvres de qualité protégées par Apple ».

En plus d’une ordonnance bloquant les ventes des produits Corellium, la firme de Cupertino souhaiterait que la cour contraigne la startup à informer ses clients de la violation des droits d’auteurs de la Pomme que l’utilisation des copies iOS entraîne.

Grâce à ces copies parfaites, les pirates informatiques ou simples chercheurs en sécurité peuvent exploiter ou revendre les informations concernant des failles de sécurité qu’ils auraient décelées au lieu de prévenir la Pomme.