Aussi étonnant que cela puisse être, la plainte dont fait l’objet Apple ne concerne pas les claviers papillon de ses MacBook Pro, mais bien celui d’iOS. Le clavier de l’iPhone, iPad et iPod Touch reposerait sur un brevet qui n’appartiendrait pas à Apple.

À l’origine de cette plainte, la société Princeps Interface Technologies qui vient de mettre la main sur plusieurs brevets de l’inventeur et avocat Timothy Higginson. La société reproche à Apple d’avoir enfreint le travail de l’inventeur et plus particulièrement le brevet N°6 703 963, concernant un « clavier universel ».

Ledit brevet fait référence un dispositif physique qui rassemble à la fois les lettres de l’alphabet, les symboles et chiffres sur un même clavier. Un utilisateur peut donc profiter de l’ensemble de ces signes depuis une surface réduite, comme le propose effectivement le clavier iOS.

L’œuvre de Timothy Higginson tient dans le fait qu’il a réussi à régler des « problèmes techniques liés aux dispositifs de saisie de données, et en particulier à des problèmes liés à l’utilisation de saisie de données de petit profil ».

Or, le travail de l’inventeur s’est surtout illustré dans des claviers physiques. Le clavier virtuel d’Apple a été présenté en 2007, soit 3 ans après l’acceptation du brevet d’Higginson par les autorités compétentes. Le fait que le brevet tenait sur des claviers physiques laisse penser qu’il s’agit d’un patent troll.

La société Princeps Interface Technologies semble avoir vu le jour uniquement dans le but de tirer parti de brevets plus ou moins enfreints. La société vient justement de racheter 6 inventions de Timothy Higginson et a également attaqué en justice d’autres grands noms des technologies, dont Google.