Après plusieurs années de procédures judiciaires, les deux énormes firmes ont réussi à trouver un accord après seulement quelques heures en face à face au tribunal. Un retournement de veste de la part d’Apple qui aurait mis la main au portefeuille pour mettre fin à cette guerre de brevets et droits de licence.

Les terrains de mésententes entre les deux firmes étaient nombreux, chacune reprochant à l’autre des abus quant à leur position dominante respective, ainsi que des violations de brevets. Afin de mettre en terme à de longues années de confrontation, Apple a opté pour la conciliation. La firme californienne a ainsi préféré payer la somme demandée par Qualcomm pour une propriété intellectuelle qu’elle estimait jusqu’ici trop élevée, tentant sans cesse de négocier le montant.

L’accord trouvé entre les deux parties serait donc beaucoup plus favorable à Qualcomm qu’à la Pomme. Selon la banque d’affaires UBS, dont la thèse a été partagée par Apple Insider, Apple n’avait pas vraiment d’autre choix que de se réconcilier avec Qualcomm afin de mettre au point des iPhone 5G d’ici 2020.

Ne pouvant faire appel à d’autres fournisseurs pour produire des modems 5G répondant à ses exigences de performances dans les volumes requis, la firme californienne a fini par accepter le montant exigé par Qualcomm.

Selon UBS, Apple aurait versé entre 5 et 6 milliards de dollars à Qualcomm rien que pour rembourser les droits de licence impayés ses deux dernières années, mais ce n’est pas tout.

En effet, l’accord établi entre les deux parties permettra également à Qualcomm de recevoir 9 $ par iPhone vendu au lieu de 5 $, comme c’était le cas avant cette guerre juridique.

Si la firme californienne n’avait pas vraiment d’autre alternative que de capituler afin de rester dans la course à la 5G, cet accord lui revient tout de même cher. Un mal pour un bien, peut-être.