C’est dans un procès long et compliqué dans lequel Apple et Qualcomm s’engageaient. Il n’aura finalement duré que quelques heures, puisque les 2 sociétés ont réglé leur conflit commercial où des milliards de dollars étaient en jeu.

Les 2 firmes américaines ont annoncé mardi avoir conclu un accord seulement quelques heures après l’ouverture du procès qui les opposait. Elles renoncent par conséquent à l’intégralité des actions en justice en cours à travers le monde.

Avec cet accord, trouvé à l’amiable, Apple compte effectuer un paiement à Qualcomm d’un montant non précisé. Le plus surprenant, c’est qu’il est également question d’un accord de licence d’une durée de 6 ans, qui peut être étendue à 2 années supplémentaires. Celui-ci est rétroactivement effectif à partir du 1er avril.

Cette entente permettra à Apple de bénéficier des composants du fondeur et notamment des puces modem 5G. La firme de Cupertino est effectivement en retrait par rapport à d’autres fabricants et les rumeurs couraient quant à la possibilité de s’approvisionner auprès en puces 5G de Huawei. Avec Intel l’affaire était compliquée et il est donc envisageable que les difficultés de pouvoir fournir une puce 5G aient contribué à ce revirement soudain.

Apple avait initialement porté planté contre Qualcomm pour abus de position dominante en actant de deux actions supplémentaires en Chine pour les mêmes raisons. En réaction, Qualcomm avait poursuivi la firme de Cupertino l’accusant d’abuser sa position dominante afin de faire baisser les prix et Apple s’était exonéré de tout paiement de brevets, en incitants ses sous-traitants – dont Foxconn avec une enveloppe de 7 milliards de dollars – à en faire de même.

Dans cette affaire, Qualcomm avait été jugé en mars à devoir verser 1 milliard de dollars à Apple, dont les iPhone avaient été interdits de vente en Chine et en Allemagne, avant de se voir être condamné à devoir vers 31 millions de dollars au fondeur.