L’aspect santé pourrait avoir une part plus importance dans les produits de la Pomme. Au-delà de la capacité d’électrocardiogramme des Apple Watch – qui vient d’être déployée chez nous -, d’autres fonctionnalités médicales pourraient faire leur apparition sur les futurs iPhone.

Le domaine médical semble intéresser particulièrement la firme californienne. Après la fonctionnalité électrocardiogramme intégrée à ses dernières smartwatch, Apple pourrait bien proposer d’autres capteurs médicaux. C’est en tout cas ce que laisse penser le récent dépôt de deux brevets auprès de l’Office américain des brevets et des marques.

Le premier brevet fait référence à des capteurs de matériaux particulaires compacts. Ceux-ci permettraient à un iPhone de capter les polluants dans l’air, indétectables par l’œil ou l’odorat humain. Or, ces polluants pourraient causer des détresses respiratoires chez certains individus.

Le second s’intitule « systèmes et méthodes de détection de l’environnement » et, comme pour le premier, fait référence à des capteurs capables de détecter la présence de produits nocifs dans l’air pour l’être humain tels que des produits chimiques. Ceux-ci seraient reconnus par une intelligence artificielle présente dans l’Apple Watch ou iPhone et alerteraient leur propriétaire en cas de présence de monoxyde de carbone, par exemple.

L’intoxication au monoxyde de carbone – gaz inodore – cause de nombreux décès chaque année. 

Mais les deux technologies pourraient également analyser la sueur des personnes. Les capteurs pourraient détecter si un individu est en hypo ou hyperglycémie, par exemple, et l’invertir. Évidemment, comme pour l’ECG de l’Apple Watch Series 4, il faudra tout de même se référer à un avis médical par la suite.

Comme toujours, il ne s’agit ici que d’une protection de la Pomme concernant les idées et technologies que ses équipes ont développées. Cela ne signifie pas qu’elles se retrouveront effectivement dans un prochain Apple, mais cela reste tout de même intéressant.