Le président américain vient d’annoncer que l’application de sa taxe à l’encontre des produits importés de Chine sera reportée. Une décision prise en raison des bonnes négociations réalisées avec le gouvernement chinois. 

L’année dernière, Donald Trump annonçait la création d’une taxe à l’encontre des produits et composants fabriqués en Chine et importés sur le territoire américain. Une annonce qui a eu l’effet d’une bombe pour de nombreuses entreprises américaines qui avaient délocalisé leur production dans l’Empire du Milieu. Certaines avaient réagi en promettant de construire de nouvelles usines ou succursales aux États-Unis, notamment Apple et son nouveau campus au Texas.

Mais depuis un an, le président américain tarde à mettre en place cette fameuse taxe. Il vient d’ailleurs de réitérer la chose en annonçant que l’application de sa taxe serait reportée. Une annonce qu’il a faite sur Twitter, sa plateforme de communication préférée.

Il indique ainsi que “les États-Unis ont fait des progrès substantiels (avec la Chine) sur des questions structurelles importantes, comme la protection de la propriétaire intellectuelle, les transferts de technologie, l’agriculture, les services, les changes et de nombreux autres sujets“. Grâce à ces bons résultats – et 5 jours avant la date butoir de mise en place de sa taxe -, le président a annoncé qu’il reporterait “la hausse des droits de douane (qui était) prévue pour le 1er mars“.

Une déclaration à laquelle Pékin a répondu en tenant le même discours. Donald Trump n’a cependant pas indiqué quel délai il envisageait d’accorder aux nouvelles négociations avant d’appliquer ou non sa fameuse taxe. Il a simplement indique que “si tout va bien (…) de très grandes nouvelles dans la semaine qui s’ouvre ou la suivante” seraient annoncées. Le président américain pourrait d’ailleurs rencontrer son homologue chinois, Xi Jinping, pour conclure un accord – dans le meilleur des cas.

Le report de cette taxe est une bonne chose pour Apple puisque la firme de Cupertino ne devra pas payer de douanes supplémentaires sur les pièces et composants qu’elle fait fabriquer en Chine. En tout cas, pour le moment.

La menace de cette taxe est prise très au sérieux, notamment pas les sous-traitants de la Pomme qui cherchent à se délocaliser dans d’autres pays d’Asie pour éviter que cette taxe ne se répercute sur leur relation avec Apple.