Préoccupé par le modèle économique de l’industrie technologique basé sur les données privées, Tim Cook a publié une lettre ouverte dans laquelle il conjure les autorités américaines d’instaurer un cadre légal façon RGPD aux États-Unis.

Appliqué depuis le 25 mai dernier en Europe, le RGPD a fait des émules. Comme en témoigne l’expérience du New York Times qui a mis fin a la publicité ciblée sur ses utilisateurs européens, les revenus du média n’ont pas baissé pour autant, ils auraient même augmenté.

Le NYT est simplement revenu à une forme de ciblage traditionnelle de la publicité, en lien avec les articles et le pays de diffusion. C’est la preuve irréfutable que la publicité ciblée à un niveau individuel n’est pas l’unique solution pour des annonces de qualité.

C’est dans ce contexte que le PDG d’Apple, Tim Cook, a rédigé une lettre ouverte dans les colonnes du Time pour demander au gouvernement américain d’envisager une réglementation en matière de protection des données.

Les inquiétudes de Cupertino en la matière sont connues du public, la firme l’a une fois de plus fait savoir sur des affiches placardées à Las Vegas, en plein salon CES.

Le dirigeant d’Apple frappe fort en ouvrant sa lettre sur un ton sec qui ne manquera pas d’interpeler Facebook : “En 2019, il est temps de défendre le droit à la vie privée, le vôtre, le mien et le nôtre. Les consommateurs ne devraient pas avoir à tolérer une autre année où les entreprises amassent de façon irresponsable d’énormes profils d’utilisateurs, des atteintes à la protection des données qui semblent incontrôlables et la capacité à contrôler notre propre vie numérique.

Tim Cook préconise donc un dispositif légal en quatre points :

  • Le droit à la minimiser la collecte de données personnelles. Les entreprises devraient se mettre au défi de retirer les données qui permettent d’identifier les clients ou d’éviter de les collecter en premier lieu.
  • Le droit au savoir – savoir quelles données sont recueillies et pourquoi.
  • Le droit d’accès. Les entreprises devraient vous faciliter l’accès, la rectification et la suppression de vos données personnelles.
  • Le droit à la sécurité des données, sans lequel la confiance est impossible.

Bref, le numéro 1 d’Apple semble mettre un point d’honneur sur la sécurité des données, bien souvent reléguées au second rang, au profit de l’innovation. La Pomme n’a d’ailleurs pas montré grand chose en termes de nouveautés cette dernière année, préférant se concentrer sur ce qui lui semblait essentiel : la vie privée et l’écologie.

Pour Apple, l’année 2019 s’ouvre dans ce sens. Nul doute que la firme sera au devant de la scène en matière de protection de la vie privée, tirée par un Tim Cook prêt à en découdre avec les autorités pour qu’un modèle s’applique à l’ensemble de l’industrie technologique.