Apple fait face à une situation quasiment inédite suite à l’enchaînement de causes et conséquences, entre hausse des prix, baisse de la demande et chute en bourse. Pour Goldman Sachs, le scénario qui se dessine pour Apple n’est pas sans rappeler celui de Nokia, dix ans plus tôt.

Retour vingt ans en arrière, Nokia survole complètement le marché des téléphones portables, la marque finlandaise règne en maître pendant plus de douze ans et son empire finit par s’effondrer comme un château de cartes avec l’émergence des smartphones.

Ce scénario, Goldman Sachs ne le pense pas unique, rapporte CNBC. Rod Hall, analyste pour la banque d’investissement, s’attend à le voir se reproduire du côté de chez Apple, cette fois. Selon l’expert financier, la stratégie dans laquelle s’enferme aujourd’hui la Pomme pourrait la conduire à sa perte.

La hausse des prix, ça ne paie plus

Tout comme Nokia à l’époque, rappelle Goldman Sachs, Apple compte énormément sur le renouvellement des téléphones au sein de sa clientèle pour engendrer des bénéfices. Seulement, le prix des derniers iPhone a franchi un seuil au-delà duquel la clientèle se détourne vers d’autres produits, moins coûteux, ou des modèles d’ancienne génération.

Cette stratégie ne porte aujourd’hui plus ses fruits. Apple s’est coincée dans une situation similaire à Nokia à la fin des années 2000, contraint de se reposer sur le rachat de nouveaux produits pour subsister. Jusqu’en 2007, le taux de remplacement des téléphones chez les clients de Nokia était “bien au-delà de ce que toute prévision linéaire aurait impliqué“, indique Hall. Mais avec la crise de 2008, l’économie s’est ralentie et le renouvellement des terminaux aussi.

Pour l’analyste, l’action d’Apple va poursuivre sa chute à mesure que ses résultats chuteront au cours de l’année. L’entreprise a toutefois les reins solides et devrait se relever de ce passage à vide, il faut rappeler que la santé d’Apple est directement dépendante de la demande en iPhone, le produit représentant environ deux tiers des revenus de la firme.