Dans une lettre ouverte aux investisseurs, le patron d’Apple fait profil bas, annonçant officiellement que la situation financière de la firme est moins rose que prévu.

Beaucoup d’indicateurs sont au rouge pour l’entreprise à la pomme : cours des actions en chute libre, production des derniers modèles revue à la baisse et démêlés avec la justice chinoise. L’entreprise n’a pas coutume de faire part des difficultés qu’elle rencontre au public. Cette fois, le PDG de la firme en a décidé autrement.

Dans une lettre publiée sur le site d’Apple à l’adresse des investisseurs, Tim Cook reconnaît que la demande d’iPhone est en deçà des prévisions.

Le patron de la firme qui semblait inébranlable admet que les prochains résultats ne seront pas à la hauteur des attentes, rappelant que Cupertino rencontre d’importantes difficultés sur le plus important marché mondial.

Bien que nous ayons anticipé certains défis dans les principaux marchés émergents, nous n’avions pas prévu l’ampleur de la décélération économique, en particulier dans la Grande Chine. En fait, la majeure partie de notre manque à gagner par rapport à nos prévisions, et plus de 100 % de la baisse de notre chiffre d’affaires mondial d’une année sur l’autre, s’est produite en Grande Chine sur iPhone, Mac et iPad.

La Chine n’est pas seule responsable de cette baisse de profit, Tim Cook impute également la faute à d’autres marchés développés où “les mises à niveau de l’iPhone n’ont pas non plus été aussi fortes que nous le pensions“.

Derrière les mots de la tête d’Apple se cachent des facteurs de déclin qui ont déjà été évoqués au cours des derniers mois, à savoir : l’augmentation des prix des iPhone qui a fini par atteindre un plafond qui freine beaucoup de clients, indiens notamment, la saturation du marché des smartphones et l’émergence de nouveaux acteurs proposant des terminaux à des coûts largement inférieurs.