L’iPhone Xs Max d’un Américain s’est mis à chauffer avant d’exploser dans la poche de son pantalon. Plus de peur que de mal pour l’homme bien qu’il se dit profondément déçu.

Lorsqu’on s’offre un smartphone haut de gamme, on s’attend forcément à une grande qualité de produit, ainsi qu’à une certaine sûreté. C’est surement ce que s’est dit cet Américain, Josh Hillard, en s’offrant le modèle très haut de gamme des derniers smartphones Apple. Malheureusement pour lui, l’expérience fut de courte durée.

Trois semaines seulement après son achat, Josh Hillard a fait la mauvaise expérience de sentir son téléphone chauffer dans la poche de son pantalon. De plus en plus chaud, l’iPhone Xs Max produisait également de la fumée jaune et vert peu rassurante. L’homme s’est précipité pour se déshabiller, préférant éviter de prendre l’iPhone avec sa main.

L’explosion avait déjà eu lieu, dans sa poche, et s’était transformée en un véritable incendie. Heureusement pour son propriétaire, les flammes se sont rapidement éteintes et lui-même n’a été que légèrement blessé.

Une expérience traumatisante pour laquelle Josh Hillard compte demander réparation. En plus de la perte de son iPhone à plus de 1000 dollars, l’homme se plaint d’avoir inhalé beaucoup de fumée, entre le moment où le téléphone s’est mis à chauffer et l’instant où il a réussi à l’éjecter de son pantalon défait.

Il envisage d’intenter une action en justice pour le traumatisme physique et psychologique subi contre Apple. Le service client de la Pomme lui a proposé comme solution de lui rendre un nouvel iPhone Xs Max, une proposition insuffisante pour l’Américain.

Sans une enquête approfondie d’Apple, rien ne peut venir expliquer cette combustion spontanée du smartphone. C’est la première fois qu’un cas d’explosion d’iPhone Xs Max est recensé. La victime n’a pas indiqué qu’elle était en train d’utiliser des accessoires non officiels sur son iPhone, puisqu’il était dans sa poche. Pourtant, dans une grande majorité des cas d’explosion spontanée du genre, la cause provient du fait que les propriétaires utilisent des produits fabriqués par d’autres sociétés, des contrefaçons moins sécurisées.